Fermer

Algérie: le quart du budget de fonctionnement affecté à la Défense

Mise à jour le 18/10/2017 à 13h51 Publié le 18/10/2017 à 13h45 Par Karim Zeidane

#Economie
armement algérien
© Copyright : DR

#Algérie : Le budget de la défense est maintenu à 1 118 297 000 000 dinars algériens, soit la somme astronomique d’environ 10 milliards de dollars, dans le projet de budget de fonctionnement 2018. C’est presque l’équivalent des budgets de l’éducation et de la santé réunis!

En dépit de la crise financière provoquée par le niveau bas des recettes du secteur pétrolier, à l’origine de plus de 95% des entrées de devises du pays, l’État algérien demeure dépensier pour certains secteurs, comme l’atteste le budget 2018 du gouvernement. Il n’est pas question de réduire le train de vie de l’Etat. Ainsi, le budget de fonctionnement au titre de l’exercice 2018 s’est établi à 4.584 milliards de dinars algériens, contre 4.591,8 milliards en 2017, soit une stagnation (-0,17%).

Toutefois, quelle que soit la conjoncture, on ne touche surtout pas au budget de la Défense. Ainsi, malgré la crise financière, celui-ci a été maintenu pour la 3e année consécutive au même niveau à 1118,30 milliards de dinars algériens, soit la somme colossale de 10 milliards de dollars. Il représente tout de même 24,4% du budget de fonctionnement de l’État algérien. Celui-ci sert à entretenir une armée colossale et surtout à l'équiper en armement, au bénéfice d'une oligarchie militaire qui tire profit des importantes commissions lors des achats d’armes. Un motif qui justifie certainement cette volonté à consacrer autant d'argent à la Défense.


LIRE AUSSI : Algérie: malgré une forte baisse des investissements, le déficit sera de 17% du PIB en 2017


Pour sa part, le ministère de l’Intérieur et des collectivités locales voit son budget croître de 7% à 425 576 443 000 dinars algériens.

Du coup, ce sont les secteurs jugés pourtant plus stratégiques qui trinquent. C’est le cas notamment de l’éducation et de la santé. L’éducation, généralement le poste le plus dépensier, arrive en seconde position avec un budget de 709,5 milliards de dinars, contre 746,2 milliards en 2017, en baisse de 5%. Il s’agit de la seconde baisse consécutive après une contraction 2,33% en 2017, par rapport à 2016. Entre 2016 et 2018, le budget de l'éducation se voit amputé de 55 milliards de dinars. C’est l’un des secteurs les plus touchés par la baisse, malgré son caractère stratégique.

Pour sa part, le budget du ministère de la Santé a enregistré également une stagnation (+0,81%) à 392,16 milliards de dinars.

Ainsi, le budget de la Défenses représente à lui seul 98,27% des budgets cumulés de l’éducation et de la santé. Inquiétant. 
Le 18/10/2017 Par Karim Zeidane

à lire aussi