Fermer

​Algérie: un projet d’avions et d’hélicos espions fait pschitt

Mise à jour le 20/09/2018 à 14h52 Publié le 20/09/2018 à 14h49 Par Mar Bassine

#Economie
L'Algérie se lance dans la production d'hélicoptères militaires
© Copyright : DR

#Algérie : L'Algérie entendait se lancer dans la construction d'avions et d'hélicoptères militaires d'espionnage. Mais deux ans après l'annonce en fanfare du projet, aucune usine du genre n'est encore née sur le sol algérien...


Annoncé en grande pompe, le projet de construction d’avions militaires espions est semble-t-il tombé à l'eau. En effet, l’italien Leonardo Finmeccanica qui avait reçu une commande émanant de l'armée algérienne, de 6 avions MC-27J Spartan en version espionnage, déchante en ce moment même. Ce contrat juteux, qui devait être signé depuis juin dernier, a été emporté par la purge qui a décimé l’armée algérienne l'été dernier. Ainsi, trois mois après, Leonardo Finmeccanica ne voit toujours rien venir.

Cette vague de limogeages a même emporté, au début de cette semaine, lundi 17 septembre, le commandant en chef des forces aériennes, Abdelkader Lounès. De sorte que pour débloquer cette situation, il faudra attendre l’installation et la prise en main de ce dossier par son remplaçant à tête de l’armée de l’air.


>>>LIRE AUSSI: L’Algérie se lance dans la production d’hélicoptères militaires

Mais il y a un autre problème, et de taille, celui-ci: les dirigeants algériens avaient négocié, toujours avec Leonardo Finmeccanica, un projet industriel global. En effet, cette commande d’avions espions était liée à celle des hélicoptères AugustaWestland, qui devaient être construits en Algérie même dans une usine de Sétif, censée avoir été mise en par la filiale de Leonardo Finmeccanica, en joint-venture avec l'Etablissement de développement des industries aéronautiques (ADIE), une structure dépendant de l'armée algérienne. 

Il semble que le gouvernement algérien ait bel et bien abandonné le projet. En effet, le site où l'usine devait être érigée a certes été terrassé, mais faute de moyens concrets, rien de plus n’a été fait.

Et en juin dernier, selon la lettre d’information Maghreb Confidentiel. la commission chargée du suivi de ce chantier, réunissant militaires, cadres de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) et représentants de Leonardo Finmeccanica a été dissoute. 

Le 20/09/2018 Par Mar Bassine