Fermer

Revenu national brut: l'Algérie rétrogradée dans le classement de la Banque mondiale

Mise à jour le 06/07/2020 à 18h18 Publié le 05/07/2020 à 10h20 Par Ismail Traoré

#Economie
Coronavirus et réouverture des commerces en Algérie.

Coronavirus et réouverture des commerces en Algérie.

© Copyright : DR

#Algérie : L'Algérie a été rétrogradée à la catégorie "intermédiaire inférieure" de la classification annuelle de la Banque mondiale sur le Revenu national brut (RNB). Ce classement basé sur les chiffres de 2019 n'intègre pas encore l'impact désastreux du Covid-19.


Quand on n'a que le pétrole comme unique source de revenu, on a bien une richesse précaire. L'Algérie l'aura encore appris à ses dépens, en découvrant que, selon le dernier classement de la Banque mondiale sur le Revenu national brut, elle avait déjà perdu en 2019 son statut de pays à "revenu intermédiaire de la tranche supérieure".

C'est d'autant plus préoccupant que cette chute n'intègre même pas encore les dégâts causés à l'économie du pays par le Covid-19. 

Dans sa version actualisée de la classification des pays en fonction de leur revenu, la Banque mondiale explique que le RNB par habitant de l’Algérie au 1er juillet 2019 est tombé à 3.970, contre 4.060 en 2018.

"L'Algérie, l'Indonésie, Maurice, le Népal, le Sri Lanka et la Roumanie étaient très proches de leurs seuils respectifs l'année dernière", relève l’institution internationale basée à Washington.

Les chiffres du RNB utilisés pour cette actualisation ne reflètent pas encore l'impact de la pandémie de COVID-19, précise la Banque mondiale, notant que cette nouvelle classification couvre l’année 2019.

La Banque mondiale répartit les économies du monde en quatre groupes : faible revenu, revenu intermédiaire de la tranche inférieure, revenu intermédiaire de la tranche supérieure et revenu élevé. Cette classification est actualisée chaque année le 1er juillet. Elle repose sur le RNB par habitant de l'année précédente en dollars courants, selon la méthode dite "de l’Atlas" pour le lissage des fluctuations de taux de change.
Le 05/07/2020 Par Ismail Traoré