Fermer

Algérie: à cause du cinquième mandat, le chef du bureau de l'AFP à Alger expulsé

Mise à jour le 18/02/2019 à 11h11 Publié le 18/02/2019 à 10h09 Par Mar Bassine

#Médias
Algérie: le chef du bureau de l'AFP à Alger expulsé
© Copyright : DR

#Algérie : Le pouvoir cherche à bâillonner les voix qui n'applaudissent pas la candidature de Bouteflika. Selon les sources que cite la presse algérienne, le traitement de l'information sur Bouteflika par l'agence française ne plaît pas au régime.


Le grouvernement algérien vient de déclarer persona non grata le chef de bureau de l'Agence France Presse (AFP) à Alger. Il a été sommé de quitter défitivement la capitale algérienne au plus tard le 28 février prochain. 

Selon un organe de presse proche de l'appareil militaire algérien, l'entourage de Abdelaziz Bouteflika n'apprécie pas la manière "biaisée" et "hostile" avec laquelle il traite l'actualité présidentielle. 


>>>LIRE AUSSI : L'Algérie a choisi d'écrire son avenir avec un président malade, selon la presse française

Le régime algérien a les nerfs tendus du fait d'un contexte pré-électoral qui révèle l'opposition des Algériens à ce projet d'un cinquième mandat de Albdelaziz Bouteflika.

La grogne monte dans la rue algérienne, ainsi qu'auprès de la classe politique, lesquels redoutent, toutes, un hold-up électoralqui permettrait de maintenir l'acaparement du pouvoir. 

Mais plus précisément, l'entourage de Bouteflika reproche à l'AFP d'avoir publié une dépêche incendiaire sous le titre : "l'Algérie a choisi d'écrire son avenir avec un président malade, selon la presse française".

L'agence française a rappelé l'Etat de santé défectueux de Bouteflika, son âge avancé et ses scores à la soviétique avec plus de 80% des suffrages, qui ont toujours fait planer le doute quant à la sincérité des scrutins, tout en citant les commentaires croustillants de la presse française. 


>>>LIRE AUSSI: Liberté syndicale: épinglée, l’Algérie s'attaque à l'OIT et boude lors de la conférence de Genève

Il faut dire qu'Alger est habituée à censurer des journalistes, et a très souvent été épinglée par l'ONG Reporters Sans Frontières (RSF), ainsi que d'autres organisations non gouvernementales de défense des droits de la presse. 
Le 18/02/2019 Par Mar Bassine