Fermer

Algérie: un journaliste condamné à trois ans de prison ferme

Mise à jour le 29/06/2020 à 14h06 Publié le 29/06/2020 à 10h38 Par Le360 Afrique - Afp

#Médias
Algérie: un journaliste condamné à trois ans de prison ferme

Belkacem Djir.

© Copyright : DR

#Algérie : Le journaliste algérien Belkacem Djir a été condamné dimanche 28 juin par un tribunal d’Alger à trois ans de prison ferme, selon une association de soutien aux détenus.


'Le verdict est tombé dans le procès du journaliste détenu Belkacem Djir: condamnation à trois ans de prison ferme', a indiqué le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) sur sa page Facebook.

Djir était accusé d’usurpation de fonction et de chantage. En revanche, la chambre d’accusation de la cour d’Alger avait prononcé le 22 avril un non-lieu pour l’accusation d'«atteinte au moral de l’armée».


>>>LIRE AUSSI: Algérie: Amnesty réclame la libération du journaliste Khaled Drareni

Aucune information n’était disponible sur les faits qui lui sont reprochés. 

Journaliste de la chaîne TV d’information privée Echourouk News, où il réalise et présente des émissions politiques, Belkacem Djir, 34 ans, a été placé en détention le 15 juillet 2019.

Avant son procès, son avocate, Me Faiza Guettache, avait affirmé que M. Djir était «victime des zones d’ombres qui entourent le travail d’investigation des journalistes». Il se trouvait, selon elle, «au mauvais endroit avec la mauvaise personne» au moment des faits.

Selon l’ONG Reporters sans Frontières (RSF), «la multiplication des poursuites contre les journalistes algériens est extrêmement inquiétante et fait état d’une dégradation flagrante de la liberté de la presse en Algérie».


>>>LIRE AUSSI: Algérie: la répression s'intensifie avec de nouvelles arrestations

Plusieurs journalistes algériens sont actuellement derrière les barreaux, dont Khaled Drareni, fondateur du site d’information en ligne Casbah Tribune et correspondant de la chaîne de télévision francophone TV5 Monde, et Abdelkrim Zeghileche, directeur d’une radio diffusée sur internet, Radio-Sarbacane.

Comme d’autres, ils sont poursuivis devant la justice pour des motifs en lien avec le «Hirak», le mouvement populaire de protestation anti-régime né en février 2019.
Le 29/06/2020 Par Le360 Afrique - Afp