Fermer

Algérie : de l'Assemblée populaire nationale à l'APN S.A.

Mise à jour le 01/04/2017 à 08h51 Publié le 01/04/2017 à 08h39 Par Mar Bassine

#Politique
Algérie : Comment l'Assemblée populaire nationale devient société anonyme (APN S.A.)

Après les élections de mai 2017, six milliardaires pourraient siégeaient à l'Assemblée nationale populaire sous la bannière du parti présidentiel.

© Copyright : DR

#Algérie : Il y avait déjà plusieurs milliardaires algériens qui siègent à l'hémicycle comme ils le font dans le tour de table de leurs nombreuses sociétés. Ils seront bientôt rejoints par bien d'autres déjà inscrits sur les listes du parti présidentiel, le FLN, pour les prochaines législatives de mai.


Indécente OPA des businessmen algériens sur l'Assemblée populaire nationale (APN). Tellement d'hommes d'affaires proches du clan Bouteflika veulent devenir députés, s'ils ne le sont pas déjà, que l'APN est purement et simplement comparée à une société anonyme. Désormais, il est presque permis de parler d'APN S.A. ou d'APN Inc. estiment certains observateurs de la scène politique. 

En effet, Djamel Ould Abbès peine à établir les listes de candidats pour les législatives du 4 mai prochain. Cependant, "un clan du parti présidentiel part déjà gagnant: celui des affaires!", ironise la feuille d'information Maghreb confidentiel, ajoutant que trois gros pontes s'ajoutent à une liste déjà longues d'actionnaires de l'APN S.A.

Ainsi, Belkheir Bayat a lancé une offre d'achat sur la troisième place de la liste du FLN à Ouargla. Le bien nommée Bayat n'est autre que le patron de Bayat Catering qui fournit les repas des bases-vie de la Sonatrach et des majors du pétrole à Ouargla et également à Hassi Messaoud. Devenir député lui offre une assurance tous risques contre une éventuelle rupture de contrat. Car, faut-il le rappeler, la Sonatrach a lancé sa propre société de catering et cela peut être mauvais pour les affaires de Belkheir Bayat. En lançant récemment à Alger Bayat Med Belkheir Production, le problable futur député espère mieux bénéficier des marchés de la compagnie pétrolière nationale.


LIRE AUSSI: Algérie. Nouveau PDG de Sonatrach: le clan Bouteflika met la main sur la machine à cash algérienne

Pour Abdelkrim Mebarkia, industriel dans l'électoménager et la biscuiterie, le lieu naturel ou faire de la politique est Bordj Bou Arreridj. C'est là que sont produites ses marques Géant et BiscoStar, et où se trouve l'équipe de foot dont il est le patron, le CA Bordj Bou Arreridj.

A la tête de la liste FLN à Mascara, trône Abdelmalek Sahraoui, milliardaire de son état. Ce futur probable député gère 18.000 hectares de superficie agricole. C'est égalemnt lui le propriétaire du plus grand réseau de stations-service algérien, en l'occurrence Petroser. Là encore ça sent le pétrole et comme on est en Algérie, on met forcément les pieds dans la politique. Les deux, pétrole et politique, servent ses dizaines d'autres sociétés dans l'hôtellerie et l'industrie gazière.

Certes, le milliardaire Sahraoui, l'industriel Mebarkia et le "restaurateur à grande échelle" Bayat font leurs premiers pas dans la politique. Mais, c'est pour rejoindre, au sein de l'APN Inc., les milliardaires primo-actionnaires de l'hémicycle.

Baha Eddine Tliba, magnat de l'immobilier, est l'actuel vice-président de l'Assemblée nationale populaire. C'est le symbole par excellence du "FLN Inc.", affirme Maghreb confidentiel. A Annaba, pour le prochain scrutin, il a cédé sa place au ministre des Transports Boudjemaa Talai. Cela fait plus "politique", donc la pilule passera mieux.

De même, A Tebessa, Mohamed Djemaï, importateur d'électroménager, d'agroalimentaire, d'équipements pétroliers, est tête de liste. Renouveler son mandat au sein de l'APN ne nuira pas à ses affaires. 

Enfin, Ali el Hamel qui dirige plusieurs sociétés chinoises qui remportent çà et là des marchés publics en tous genres ne veut pas que lui échappe son siège de député. C'est dire qu'une vraie offre publique d'achat (OPA) est lancée par les hommes d'affaires sur l'Assemblée populaire nationale (APN). Au pays de Bouteflika, ce qui bon pour les affaires est forcément au service des affaires. 
Le 01/04/2017 Par Mar Bassine