Fermer

Algérie: Bouteflika évacué vers une clinique de Grenoble, selon la presse

Mise à jour le 21/01/2019 à 10h29 Publié le 21/01/2019 à 10h28 Par Mar Bassine

#Politique
Algérie: le prince héritier saoudien MBS accueilli par la maudite "grippe" de Bouteflika
© Copyright : DR

#Algérie : Le président Abdelaziz Bouteflika s'est envolé, il y a quelques jours déjà, pour une clinique située dans une ville des Alpes françaises, selon la presse algérienne qui apporte un faisceau d'indices. La présidence, de son côté, garde le silence.


Comme d'habitude, il s'agit là d'une information que la presse algérienne traite en usant priudemment du conditionnel, tout en sachant pertinemment qu'elle tient ses informations de source sûre.

Selon Le Matin d'Algérie de ce lundi 21 janvier, Abdelazz Bouteflika, le président algérien toujours e exercice, aurait été évacué vers la clinique d'Alembert, à Grenoble, ville du Dauphiné, dans les Alpes françaises, depuis quelques jours. 

"Depuis quelques jours, un faisceau d'informations nous est arrivé pour nous informer que le président Bouteflika se trouve à Grenoble pour des examens", affirme le quotidien. 


>>>LIRE AUSSI: Algérie: Saïd Bouteflika vire une infirmière marocaine à Genève

Le site d'information Observalgerie croit même savoir quel est le jour précis où Abdelaziz Bouteflika a quitté son pays pour la France.

En effet, le site s'est renseigné sur une application proposée par le réseau social Twitter, qui indique tous les vols officiels.

Il en ressort que l'avion présidentiel a décollé d'Alger le vendredi 18 janvier dernier. Rappelons que c'est ce même jour que l'entourage de Bouteflika a fait savoir que ce dernier convoquait le corps électoral pour le 18 avril 2019.

Simple hasard de calendrier ou décision précipitée? Difficile de savoir. 

Pour le moment, la présidence algérienne entoure d'un grand silence ce déplacement, comme Abdelaziz Bouteflika a eu à en faire à plusieurs reprises dans le passé. 

Le Matin d'Algérie de conclure: "à moins de trois mois de la présidentielle, l'Algérie retient son souffle et se demande toujours si ce président qu'on n'entend plus et qu'on ne voit plus va se représenter". 
Le 21/01/2019 Par Mar Bassine