Fermer

Algérie: Les manifestants contre Bouteflika font chuter un maire

Mise à jour le 21/02/2019 à 10h12 Publié le 21/02/2019 à 09h44 Par Mar Bassine

#Politique
Un poster géant de Bouteflika arraché et piétiné
© Copyright : DR

#Algérie : Le pouvoir algérien surveille les manifestations contre le projet de cinquième mandat comme du lait sur le feu. Un premier maire a déjà fait les frais de son soutien, qui avait suscité la colère de ses habitants. Il a été révoqué.


Il s'agit de la toute première victime des manifestants contre le projet de cinquième mandat de Abdelaziz Bouteflika. Pour calmer la colère des nombreux opposants à la décision de se présenter à la présidentielle d'avril 2019, le Wali de Khenchela, dans les Aurès, dans l'Est de l'Algérie, a décidé de révoquer le maire de la ville éponyme.

Il s'agit en réalité d'une simple parade des autorités algériennes pour endormir les opposants, sans cesse plus nombreux, au projet d'usurpation du pouvoir. 

Par un excès de zèle bien propre aux caciques du régime, Kamel Hachouf, puisque c'est de lui dont il s'agit, avait affirmé qu'il n'autoriserait l'accès à sa mairie qu'au candidat de sa formation politique, le Front de libération nationale, en l'occurrence Abdelaziz Bouteflika. 


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Algérie: un poster géant de Bouteflika arraché et piétiné

"Moi Kamel Hachouf, maire de Khenchela, je soutiens le cinquième mandat de Bouteflika et défie quiconque viendra demain accueillir Rachid Nekkaz ou tout autre candidat... Si vous êtes des hommes, venez demain", avait-il écrit dans une publication qui a soulevé la colère des habitants de sa localité le mardi dernier. 

Non seulement entre 4000 et 5000 manifestants étaient venus accueillir l'activiste politique et candidat à la présidentielle Rachid Nekkaz, mais la foule avait défié à son tour le maire, en arrachant et en piétinant le portrait géant de Bouteflika qui était suspendu sur la façade de la mairie. 


>>>LIRE AUSSI: Algérie: et si la chute de Bouteflika allait venir des réseaux sociaux

C'est donc pour mettre définitivement fin à ce soulèvement et surtout pour calmer les habitants de cette localité de l'Est algérien que les autorités ont décidé de démettre le maire de Khenchela.

La question qui se pose est de savoir si cela suffira à éviter d'autres débordements dans les manifestations prévues dès demain sur toute l'étendue du territoire algérien, juste après la prière du vendredi...
Le 21/02/2019 Par Mar Bassine