Fermer

Vidéos. Algérie. 54e vendredi de Hirak: voici le nouveau slogan des manifestants

Mise à jour le 28/02/2020 à 15h29 Publié le 28/02/2020 à 15h24 Par Karim Zeidane

#Politique
Manifestations Algérie
© Copyright : DR

#Algérie : Les Algériens sont massivement sortis en ce 54e vendredi de contestations populaires. Malgré les tentatives des dirigeants de briser leur mouvement, en évoquant les risques liés au nouveau coronavirus, ils ont adapté leurs slogans à cette épidémie, dont un cas a été détecté dans le pays.

Coronavirus ou non, les Algériens sont sortis en nombre, en ce vendredi 28 février, une semaine après avoir célébré l’An un de ce mouvement de contestation populaire contre le régime de Abdelaziz Bouteflika, et celui de son successeur, Abdelmadjid Tebboune.

Les manifestations ont eu lieu dans tout le pays, malgré les injonctions de mise en garde des autorités sur les risques liés au nouveau coronavirus, dont un cas a été diagnostiqué en Algérie. 



A Alger, les manifestants ont comme à l’accoutumée débuté leur marche hebdomadaire rue Didouche Mourad, et se sont ensuite dirigés vers la place Maurice-Audin dans le centre ville d’Alger.

Munis de pancartes et de photographies de prisonniers suite à ce mouvement, ils ont scandé des slogans hostiles au régime en place.



Les manifestants ont affiché leur volonté de poursuivre leur mouvement de contestation, et ont défié la mise en garde des autorités sur les risques liés à l'épidémie de coronavirus avec ce slogan: "Etat civil, non militaire, bande de corona".



Des slogans hostiles au président Abdelmadji Tebboune ont également été scandés: "Teboune mzaouer, djabouch al askar!" ("Tebboune est arrivé par la fraude avec l’aide des militaires"),

L'état-major de l'armée algérienne n'a pas non plus été épargné: "les généraux, à la poubelle, we Dzair teddi l’istiqlal!" ("Les généraux à la poubelle et l’Algérie accédera à l’indépendance"), "Qolna el îssaba t’roh, ya hnaya ya entouma!" ("On a dit que la bande doit partir. C’est nous ou bien vous").
Le 28/02/2020 Par Karim Zeidane