Fermer

Algérie: le ministre des Transports et le PDG d’Air Algérie limogés

Mise à jour le 10/01/2021 à 13h32 Publié le 09/01/2021 à 12h52 Par Karim Zeidane

#Politique
Lazhar Hani

Lazhar Hani, le ministre des Transports, limogé.

© Copyright : DR

#Algérie : Le ministre algérien des Transports Lazhar Hani et le PDG d’Air Algérie ont été limogés ce samedi 9 janvier par le président Abdelmadjid Tebboune. En voici la raison.

Le président Abdelmadjid Tebboune vient de limoger le ministre des Transports Lazhar Hani, selon un communiqué des services de la primature algérienne. «Sur instruction de Monsieur le Président de la République, il a été mis fin aux fonctions de Monsieur Lazhar Hani en sa qualité de ministre des Transports», lit-on dans ce communiqué. C’est le ministre des Travaux publics qui a été chargé d’assurer l’intérim.

Toujours selon ce communiqué, «cette décision a été prise à la suite de l’engagement d’une opération d’importation par la compagnie nationale Air Algérie de fournitures liées à l’activité de Catering, et ce, sans tenir compte du contexte économique national et des orientations financières visant la gestion rationnelle des devises et la priorité à accorder à la production nationale».

Outre le ministre, le PDG d’Air Algérie, Bekhouche Allache, et le responsable du catering de la compagnie ont été également démis de leurs fonctions.


LIRE AUSSI: Officiel: l'Algérie possède désormais moins de réserves de change que le Maroc


Avec ces limogeages, les autorités algériennes montrent clairement que la situation des avoirs extérieurs en devises du pays est critique et que la rationalisation des sorties de devises est plus qu’une priorité. Preuve en est, plusieurs biens ne sont plus importés convenablement par le pays, y compris des biens essentiels comme les médicaments. Plus de 300 médicaments, dont ceux utilisés pour le traitement de maladies comme le diabète, l’hypertension, les maladies cardiovasculaires ou le cancer sont en rupture de stock.

En effet, selon le ministre de l’Industrie, Ferhat Aït Ali, les réserves en devises de l’Algérie se situeraient sous la barre des 30 milliards de dollars, à 29 milliards de dollars. Toutefois, d'après les projections de certains observateurs avertis, les réserves en devises du pays se situeraient en réalité autour des 20 milliards de dollars.
Le 09/01/2021 Par Karim Zeidane