Fermer

Algérie. Persécution des Amazighs: six mois de prison ferme pour trois militants

Mise à jour le 13/01/2021 à 16h36 Publié le 13/01/2021 à 16h34 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Yasser Kadiri, Saïd Zegar et Khelil Kheyi,

Saïd Zegar, Yasser Kadiri et Khelil Kheyi.

© Copyright : DR

#Algérie : La justice algérienne a condamné mercredi trois militants amazighs de l'opposition, dont un rappeur, à six mois de prison ferme, pour outrage au président et diffusion de fausses nouvelles, a indiqué le Comité national de libération des détenus (CNLD).


Yasser Kadiri, Saïd Zegar et Khelil Kheyi, militants du mouvement de contestation populaire Hirak, ont été jugés par le tribunal de Timimoun, dans la région d'Adrar (sud), a précisé à l'AFP le CNLD, une association qui vient en aide aux prisonniers d'opinion en Algérie.

MM. Kadiri et Kheyi ont écopé d'un an de prison, dont six mois ferme, tandis que M. Zegar a reçu une peine de six mois ferme.

En détention depuis septembre, ils étaient accusés d'offense au président de la République et diffusion de fausses nouvelles, et en plus d'outrage à corps constitué pour M. Kadiri.


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Un pharaon amazigh à Tizi Ouzou: le régime algérien tétanisé par Shashnaq 1er


Etudiant et rappeur originaire de Timimoun, une oasis du sud, ce dernier avait déjà été condamné dans une précédente affaire en justice en 2020.

Le parquet avait requis cinq ans de prison ferme et une amende de 50.000 dinars (300 EUR) à l'encontre des trois accusés le 6 janvier.


>>>LIRE AUSSI: En Egypte, les Amazighs se battent pour préserver leur langue et leur culture menacées par l'arabe


D'après un décompte du CNLD, près de 90 personnes sont actuellement emprisonnées en Algérie en lien avec les protestations du Hirak et/ou les libertés individuelles, dont 11 dans la wilaya (préfecture) méridionale d'Adrar.

Le verdict pour cinq autres militants jugés à Adrar est attendu le 19 janvier.
Le 13/01/2021 Par Le360 Afrique - Afp