Fermer

Algérie: après Ouyahia, Messahel appelle à "des mesures urgentes" contre la migration

Mise à jour le 11/07/2017 à 11h48 Publié le 11/07/2017 à 11h48 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
Abdelkader Messahel appelle à prendre des mesures urgentes contre l'immigration
© Copyright : DR

#Algérie : 48h après les déclarations du chef de cabinet de Bouteflika contre les migrants, le ministre des Affaires étrangères Messahel appelle à prendre des "mesures urgentes contre l'immigration". Ces propos sont perçus comme un appel au pogrom.

Le gouvernement algérien doit prendre "des mesures urgentes" face au "flux en Algérie de migrants subsahariens", a estimé lundi le ministre algérien des Affaires étrangères Abdelkader Messahel, au lendemain de déclarations polémiques d'un haut dirigeant, associant migrants et criminalité.

Evidemment, même i sces propos sont moins virulents que ceux tenus par Ouyahia, ils tendent à légitimer la campagne raciste dans les réseaux sociaux orchestrée fin juin, ou encore les vagues de violences récurrentes contre les migrants subsahariens. 


LIRE AUSSI: Algérie: un racisme anti-africain se banalise avec la complicité de l'Etat

"Ces mesures sont devenues urgentes parce que derrière ce flux massif en Algérie de migrants subsahariens il y a des réseaux très organisés qui entretiennent et facilitent ce trafic humain", a estimé Messahel, dans des déclarations aux médias algériens, diffusées par la radio algérienne publique.

"L'Algérie est devenue une destination" pour les migrants et "notre obligation en tant qu’Etat c’est d’abord de sauvegarder la souveraineté et la sécurité nationales, c’est notre droit", a-t-il ajouté. Il n'a pas explicitement précisé si ces mesures viseraient les migrants eux-mêmes ou les réseaux de passeurs.


LIRE AUSSI: Vidéo. Algérie. Immigration: Ouyahia accuse les africains d'être la source «de crimes, de drogue…»

Selon des propos rapportés par l'agence officielle APS, il a également qualifié de "menace pour la sécurité nationale" l'existence "d'une mafia organisée, comprenant des Algériens, qui encadre les opérations de migration clandestine vers l'Algérie".

Mais il a aussi rappelé que l'Algérie avait déjà organisé, en accord avec le Niger et le Mali, des opérations de reconduction de leurs ressortissants. Samedi, Ahmed Ouyahia, directeur de cabinet du président Abdelaziz Bouteflika, avait affirmé que "ces étrangers en situation irrégulières amènent le crime, la drogue et plusieurs autres fléaux" en Algérie, suscitant l'indignation de défenseurs des droits de l'Homme et d'internautes.


LIRE AUSSI: Algérie: vives critiques après des propos antimigrants africains d'Ahmed Ouyahya

Interrogé sur ces réactions, Messahel, sans s'exprimer sur les propos de Ouyahia, a estimé que "l'Algérie n'a pas à recevoir de leçons", selon l'APS. Les déclarations de Messahel et Ouyahia tranchent avec l'intention annoncée du nouveau gouvernement, formé fin mai, d'élaborer une loi sur le droit d'asile.

La presse a fait état d'un projet de recensement et de délivrance de permis de travail dans les secteurs manquant de main-d'oeuvre tels que les travaux publics, l'agriculture ou la pêche.

L'Algérie ne dispose pas de législation sur les réfugiés. Les migrants en situation irrégulière - essentiellement des Subsahariens estimés à environ 100.000 par les ONG - y vivent hors de tout cadre juridique et dans des conditions souvent très difficiles.

Les migrants subsahariens ont été fin juin visés par une campagne sur les réseaux sociaux, où a fleuri le hashtag "Non aux Africains en Algérie", suscitant une vive opposition sur internet et dans la presse.
Le 11/07/2017 Par Le360 Afrique - Afp