Fermer

Algérie: une nouvelle bavure de l’armée coûte la vie à un innocent citoyen

Mise à jour le 02/12/2017 à 16h42 Publié le 02/12/2017 à 16h40 Par Karim Zeidane

#Société
armée algérienne

L'armée algérienne a encore commis une bavure en Kabylie.

#Algérie : Les militaires de l’armée nationale populaire ont tué un innocent éleveur. Une nouvelle bavure qui a suscité l’émoi chez les habitants de son village en Kabylie et sur les réseaux sociaux.

C’est une bavure de plus de l’armée algérienne qui a coûté la vie d’un innocent citoyen de 41 ans, originaire du village de Mehagga, dans la daïra de Bouzeguène, à une soixantaine de km de Tizi Ouzou.

Selon liberté-algerie.com, cette bavure de l’armée nationale populaire (ANP) s’est produite mercredi dernier. L'information s'est ensuite répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux.

La victime, selon le site d’information, «se rendait dans cette forêt proche du village où il avait un troupeau de bêtes (bovins) qu’il entretenait quotidiennement avant de rentrer chez lui, à la tombée de la nuit».

Malheureusement, cette fois-ci, il est tombé sur des soldats à la gâchette rapide qui l’ont certainement pris pour un terroriste.

D’après liberté-algerie.com, «aucune information vérifiable n’a filtré sur les circonstances exactes qui ont poussé les militaires à faire usage de leurs armes et tuer le malheureux éleveur». Toutefois, pour les villageois, il ne fait aucun doute qu’il s’agisse d’une énième bavure de l’armée algérienne.

Plus explicite, K-direct.info explique que «Said Boubekk, surnommé Qasi Said, 41 ans, un berger du village de Mehagga, a été abattu mercredi soir vers 19h, atteint par 8 balles tirées par des éléments de l’armée coloniale algérienne en stationnement en kabylie».

Selon tsa-algerie.com, cette bavure a fait réagir la population locale qui s’est attaquée dans un premier temps aux voitures des «autorités venues aux nouvelles», ajoutant qu’une assemblée des comités de village est prévue jeudi pour décider des actions à entreprendre.

La victime a été inhumée hier vendredi au cimetière de son village en présence de plusieurs milliers de citoyens et d’élus de la région.

La colère des villageois est d’autant plus normale qu’il ne s’agit pas de la première bavure de l’armée dans ce village. Un autre père de famille et chef de la garde communale avait été tué presque dans les mêmes conditions par les militaires il y a quelques années. Plusieurs autres bavures ont été enregistrées dans cette région de la kabylie, suscitant l'émoi et la colère des populations à l'encontre des forces de l’ordre et des autorités.
Le 02/12/2017 Par Karim Zeidane