Fermer

Algérie. Aid el Kébir: fête de la grimace et sacrifice du portefeuille

Mise à jour le 21/08/2018 à 12h55 Publié le 21/08/2018 à 12h53 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
Algérie. Aid el kebir: la flambée des prix gâche la fête
© Copyright : DR

#Algérie : Les prix des fruits et légumes subissent une très forte hausse au point où de nombreux Algériens célèbrent l'Aïd el Kébir, la grimace au visage.

En Algérie, on sacrifie autant le mouton que le portefeuille pour avoir droit à une fête convenable. C'est aujourd'hui, mardi 21 août, que les Algériens célèbrent l'Aïd el Kébir. Mais, comme les année précédentes, la fête est gatée par la flambée des prix qui, au-delà du mouton, touche désormais tous les produits. "C'est devenu un rituel, auquel les commerçants se conforment et que les Algériens subissent", constate le site d'information Tout sur l'Algérie

A l'exception des oignons, aucune autre légume ne se vend à un prix inférieur à 100 dinars le kilo ou l'unité, soit 0,84 dollars, rapporte la même source. Une somme relativement importante, si l'on sait que les algériens sont habitués à des prix bas, du fait des subventions en tous genres. Tout sur l'Algérie donne l'exemple de la laitue ou salade verte qui se vend à 250 dinars, soit 2,11 dollars. A titre de comparaison, au Maroc, même durant cette période de fête, le prix de cette même laitue ne dépasse jamais 5 dirhams, soit 0,5 dollars, pour la variété à larges feuilles. La laitue dite beldi, à feuilles rétives, ne dépasse guère 2 dirhas, soit 0,2 dollars. 


>>>LIRE AUSSI: Algérie: une hausse généralisée des prix attend les ménages

Pour les autres légumes tels la tomate, la pomme de terre, la carrotte et la courgette, les prix oscillent entre 100 et 140 dinars le kilogramme. 

Côté fruits, c'est pire. A leur cherté habituel venant du fait que l'Algérie en produit très peu, s'est ajoutée la spéculation de l'Aïd el Kebir. Les figues, bien que fruits de saisons et faisant partie des rares produits algériens, se vendent à 450 dinars le kg, soit près de 4 dollars. Les bananes, quant à elles, s'échangent entre 350 et 400 dinars le kilo. Seules les pêches, poires et pommes affichent des prix plus ou moins rasonnables, entre 180 et 250 dinars le kilo.

En faisant la comparaison avec les prix chez son voisin marocain, on constate que les prix sont deux à trois fois plus élevés pour l'ensemble des produits décrits par Tout sur l'Algérie. En effet, il est très rares d'avoir des prix de fruits à ce niveau au Maroc.

Evidemment, la viande rouge n'a pas échappé à cette flambée. Ainsi, le filet de boeuf est vendu à 2800 dinars le kilo, soit 23,64 dollars et l'entrecôte à 1900 dinars, soit 16 dollars. 
Il faut enfin noter que le salaire minimum algérien est de 18.000 dinars, soit 152 dollars. Dans la fonction publique, la moyenne est certe de l'ordre de 40.000 dinars. Mais, avec un tel niveau de prix, peu de ménages sont capables de couvrir les dépenses.
Le 21/08/2018 Par Le360 Afrique - Afp