Fermer

Algérie. Coronavirus: un nouveau record de décès et les explications du ministre de la Santé

Publié le 09/04/2020 à 20h11 Par Karim Zeidane

#Société
coronavirus
© Copyright : DR

#Algérie : L'Algérie a enregistré ce jeudi un nombre record de décès en 24 heures et le pays affiche l’un des taux de létalité lié au coronavirus les plus élevés au monde. Les explications avancées par le ministre algérien de la Santé sur cette forte mortalité sont peu convaincantes.

Les sorties rassurantes des responsables ces derniers jours, quant à l’impact de l’utilisation de la chloroquine, tranchent avec le nombre de plus en plus important de décès enregistrés par l’Algérie au cours des cinq derniers jours.

Si le nombre de nouveaux cas enregistrés en 24 heures s’établit à 94, portant le total des cas positifs enregistrés depuis l’apparition du coronavirus en Algérie à 1.666, le nombre de décès continue à augmenter de manière inquiétante.

Ce jeudi 9 avril, c’est un nouveau record de décès en une journée qui vient d’être enregistré, avec 30 nouveaux décès.

Du coup, selon le décompte du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus, le nombre total de décès cumulés liés au coronavirus s’établit désormais à 235 morts, dépassant de loin le total des décès enregistrés dans tous les pays d’Afrique subsaharienne et liés au Covid-19. Ainsi, le taux de létalité du Covid-19 en Algérie s'établit désormais à 14,10%, contre une moyenne mondiale de 5,94%.


LIRE AUSSI: Coronavirus: pourquoi donc l’Algérie, le Maroc et l’Egypte concentrent-ils 75% des décès en Afrique, à eux seuls?


Face à cette hausse des décès, le ministre algérien de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a affirmé que l’Algérie a opté pour «la transparence» dans la communication des données liées au nombre de cas confirmés et de décès liés au coronavirus.

«Certains pays européens ne déclarent pas les morts en dehors des structures hospitalières, tandis que d’autres ne font as de tests pour le coronavirus», ce qui explique cette confusion sur les chiffres, alors qu’en Algérie, les autorités ont opté pour la transparence. Et plus globalement, souligne le ministre, «dans tous les pays du monde, les chiffres communiqués ne reflètent pas l’exactitude de la réalité, car il est impossible de tester l’ensemble de la population, d’où le nombre de sujets qui échappent aux tests».


LIRE AUSSI: Algérie: le régime profite bien du coronavirus pour régler les comptes avec les responsables et figures du Hirak


Si le ministre a, en partie raison sur le fait que tous les cas de Covid-19 et de décès ne sont pas enregistrés, cela n’explique pas pourquoi l’Algérie enregistre plus de décès par rapport à des pays qui ont, à peu près, un nombre identiques de cas confirmés. 

A titre d’exemple, le Maroc qui compte 1.374 cas confirmés ne compte que 97 décès, soit un taux de mortalité de 7,06%, alors que la Tunisie compte 643 cas confirmés pour 25 décès, soit un taux de létalité de 3,90%.

Ainsi, les deux pays réunis, avec 2.017 cas, comptent 122 décès, soit presque la moitié des décès de l'Algérie, sachant que ces deux pays effectuent plus de tests que l'Algérie. 


LIRE AUSSI: Coronavirus: l'Afrique franchit la barre des 10.000 cas confirmés entre inquiétude et espoir


L'explication du nombre de décès élevé est à chercher ailleurs que seulement dans la transparence. En effet, si l’Algérie vient d’annoncer la généralisation du traitement à la chloroquine du fait des résultats très positifs obtenus avec ce médicament et opté pour un nouveau mode d'administration de ce traitement aux malades en le débutant dès la confirmation de cas de coronavirus, cela explique aussi que le mode de traitement qui était suivi auparavant n’était pas à la hauteur et pourrait expliquer le taux de létalité enregistré dans le pays. 
Le 09/04/2020 Par Karim Zeidane

à lire aussi