Fermer

Burkina Faso: l’industrie musicale se la joue…très sérieuse!

Publié le 13/04/2016 à 19h17 Par Souleymane Baba Toundé

#Culture
Musique

Maison de la musique.

© Copyright : DR

#Autres pays : Ça ne rigole plus entre le secteur musical burkinabé et les médias locaux. La Coalition pour la renaissance artistique au Burkina Faso (CORA-BF) revendiquent une revalorisation à 90% du quota de diffusion de la musique burkinabé sur les ondes audiovisuelles locales.

Kiosque le360 afrique: Au Burkina, la «préférence nationale», ça se joue aussi dans le secteur de la musique. D’un quota de 60% pour les médias confessionnels et communautaires et 40% pour les médias commerciaux, «le taux de diffusion des œuvres musicales burkinabè pourrait passer à 90%». C’est ce que vient de révéler le très sérieux site d’information généraliste lefaso.net.

La publication explique qu’un séminaire de réflexions sur l’application de cette nouvelle mesure vient de se dérouler dans les locaux du Conseil supérieur de la communication (CSC). Selon le journal, le constat des acteurs du secteur musical est évident : «l’espace musical du Burkina est envahi par les œuvres étrangères».

Cette situation est loin de celle qui prévaut dans plusieurs pays de la région où les oeuvres locales sont mieux valorisées dans l’espace médiatique. C’est le cas du Mali, de la Côte d’Ivoire et du Sénégal. «Nous ouvrons nos médias et notre pays à la musique étrangère, mais en retour, on ne nous renvoie jamais l’ascenseur. La musique burkinabè n’est jouée nulle part», revendique la CORA-BF.

Du coté des représentants des médias locaux (Télévisions et radio), la version est toute autre. «S’il est vrai que la musique burkinabè n’est jouée nulle part, cela voudrait peut être dire, qu’il n’existe pas assez d’œuvres de qualité au Burkina et par là, que les artistes burkinabè proposent aux mélomanes, des œuvres qu’ils n’apprécient pas», affirment, pour leur part, les responsables des principaux organes de diffusion du pays.

L’industrie musicale burkinabé est pourtant extrêmement dynamique. 2015 a connu 475 sorties musicales, avec une moyenne de 10 et 20 clips produits par semaine. «Il y a des artistes burkinabè qui font le tour du monde pourtant, on peut faire 3 à 5 mois sans les entendre dans nos médias», déplore Aboudou Dabo Dabs, membre de la CORA-BF.

Le 13/04/2016 Par Souleymane Baba Toundé

à lire aussi