Fermer

Italferr, le géant italien du ferroviaire en prospection au Cameroun

Mise à jour le 09/03/2016 à 18h51 Publié le 09/03/2016 à 15h56 Par Souleymane Baba Toundé

#Economie
Italferr
© Copyright : DR

#Autres pays : Le géant italien de la construction des chemins de fer, Italferr, a de sérieuses ambitions pour le marché camerounais. Le top management de l’enseigne vient en effet d’annoncer ses intentions d’opérer dans ce marché d’Afrique centrale lors d'un déplacement au Cameroun.

Kiosque Le360 Afrique: C’est le site d’information Camerpost.com qui rapporte l’information, citant le portail «Investir au Cameroun», dédié à la promotion des investissements étrangers dans ce pays. Selon la publication électronique, Samuel Isopi, l’ambassadrice d’Italie au Cameroun a été récemment reçue en audience à Yaoundé, par le ministre camerounais des Transports, Edgar Alain Mebe Ngo’o.

«La diplomate italienne était accompagnée pour l’occasion, par Rafaele Lorusso, un haut responsable de la société italienne Italferr, opérant dans la construction des chemins de fer en Europe», précise-t-on auprès du journal électronique.

Et de poursuivre qu’au cours de cette audience, «le ministre camerounais, la diplomate italienne et son accompagnateur ont évoqué les possibilités, pour les deux pays, d’une coopération dans le secteur ferroviaire», selon des sources officielles.

Cet appel du pied n’est pas fortuit. Dans le cadre de sa stratégie de développement et de modernisation de son réseau ferroviaire, le Cameroun a récemment lancé plusieurs études de faisabilité pour la construction d’au moins trois nouveaux tronçons de voie ferrée. Mais Italferr n’est pas le seul à s’aligner pour s’offrir ces marchés.

Les géants français et chinois du secteur ont aussi manifesté leur grand intérêt pour ces projets. Les européens gardent tout de même une longueur d’avance sur leurs concurrents chinois, grâce à l’aide au développement.

En mi-février, une délégation d’experts de la Commission européenne a visité le Cameroun avec pour objectif d’identifier les projets d’infrastructures et de transport susceptibles d’être financés par l’Union européenne dans le cadre du 11e Fonds européen de développement (FED).

Dans la liste, figure deux importants projets de renouvellement de voies ferroviaires. «Il s’agit d’abord du renouvellement de la ligne de chemin de fer entre Yaoundé et Douala, les deux principales villes du Cameroun, sur un linéaire de 263 km» précise-t-on de sources médiatiques.

Le coût des travaux est estimé à quelque 57 milliards de francs Cfa. Le second projet porte sur le renouvellement du tronçon Pangar-Ngaoundéré, long de 187 Km, pour un investissement global estimé à plus de 43 milliards de Francs CFA. Camrail, le concessionnaire de l’exploitation des chemins de fer camerounais, espère ainsi rouler sur les rails de la croissance.

Le 09/03/2016 Par Souleymane Baba Toundé