Fermer

Congo: Sassou Nguesso promet une rupture avec le passé

Publié le 18/04/2016 à 18h27 Par Abdelkrim Sall

#Economie
Sassou Nguesso
© Copyright : DR

#Autres pays : Lors de son investiture pour un nouveau mandat, le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou Nguesso, a souligné la nécessité de diversifier l’économie congolaise. Cette orientation devrait permettre «une meilleure consolidation de l’activité économique».

Kiosque le360 afrique: Réélu le 20 mars 2016 pour un mandat de cinq ans, conformément à la nouvelle Constitution, Denis Sassou N'Guesso a prêté serment, samedi 16 avril, au Palais des Congrès à Brazzaville, devant les membres de la Cour constitutionnelle. Une occasion pour lui de plaider pour une diversification de l’activité économique.

«Tous nos efforts tendront à consolider l’économie nationale, de sorte qu’elle soit profondément diversifiée, dynamique, florissante et surtout créatrice d’emplois décents par milliers. Nous travaillerons à éradiquer le chômage, celui des jeunes principalement», a promis le Chef de l’Etat, dont les propos ont été rapportés par le site d’information congolais portail242.info.

Pour réussir ce pari, il juge nécessaire de marquer une rupture avec les comportements. «A compter d’aujourd’hui, créons la rupture avec les mentalités déviantes et les comportements pervers du passé : la paresse, le laxisme, l’irresponsabilité, l’inconscience, la corruption, la fraude, la concussion, l’ethnocentrisme, le népotisme», a-t-il indiqué.

Le président Sassou NGuesso s’est aussi engagé à préserver la paix, la sécurité et la stabilité dans le pays. Son devoir, dit-il, est de les préserver et les défendre sans défaillance. Personne, avertit Nguesso, ne peut se complaire à les remettre en cause sans rencontrer l’autorité et la férule inflexibles de l’Etat.

Pour lui, la nouvelle ère qui s’ouvre après le scrutin présidentiel du 20 mars dernier, devrait être celle de la paix et de la sécurité. Le chef de l’Etat congolais a été réélu au premier tour de la présidentielle avec 60,19% des suffrages.

Le 18/04/2016 Par Abdelkrim Sall

à lire aussi