Fermer

Tanzanie: les nouvelles technologies au service d'une meilleure production agricole

Publié le 02/06/2016 à 16h37 Par Ismail Ben Baba

#Economie
agriculture tanzanienne
© Copyright : DR

#Autres pays : Le dailynews.co.tz, site internet du quotidien Daily News, indique dans sa publication du 2 juin, que malgré le nombre très important d'abonnés à la téléphonie mobile en Tanzanie, seuls 3% des petits agriculteurs cherchent des infos sur la modernisation de leur secteur.

Une enquête, rendue publique hier, montre que les petits exploitants n’exploitent pas le potentiel des téléphones mobiles, alors que le nombre d'abonnés au téléphone mobile a augmenté de 16% en 2014 à 31.860.000, selon le rapport de l'Autorité de régulation des communications en Tanzanie (TCRA).

Il faut savoir que 54% des petits exploitants agricoles effectuent des transactions financières via le téléphone mobile, mais ils se limitent pour la plupart du temps à cela.

Pour Mwombeki Baregu, chef du département de l'Agriculture et de la finance rurale au FSDT, il est important de donner des formations supplémentaires aux agriculteurs, afin qu’ils puissent être en mesure d'utiliser efficacement les téléphones mobiles pour favoriser la production agricole. «Nous devons nous unir en tant que parties prenantes clés du secteur. État et acteurs non étatiques ont un rôle crucial pour améliorer les rendements des petits exploitants agricoles», a souligné Mwombeki Baregu.

dailynews.co.tz précise que selon l'enquête, 7 à 13% des petits agriculteurs ont des smartphones. Selon Jamie Anderson, responsable du pôle Innovation financière pour les petits exploitants à l’OCGAP, les opérateurs télécoms doivent comprendre le comportement de cette catégorie de leur clientèle, afin de répondre de manière efficace à leurs demandes.

Toutefois, elle a fait savoir que malgré ces chiffres décevants, il y a néanmoins des améliorations. «Nous recherchons des partenariats. Nous avons besoin de plus d'informations pour remplir notre plate-forme dédiée aux agriculteurs; places de marché, les intrants agricoles et les prix des cultures», a laissé entendre un cadre du secteur des télécoms lors de la présentation des résultats de l’enquête.

Le 02/06/2016 Par Ismail Ben Baba

à lire aussi