Fermer

Cameroun: Hong-Kong resources development lorgne sur le barrage de Song Mbengue

Mise à jour le 26/07/2016 à 18h17 Publié le 26/07/2016 à 17h57 Par Kofi Gabriel

#Economie
barrage
© Copyright : DR

#Autres pays : Le secteur hydroélectrique camerounais attire des convoitises des firmes multinationales. Dernier cas en date, l’intérêt suscité par le projet structurant du barrage hydroélectrique de Song Mbengué d’une capacité de 1000 MW.

Kiosque le 360 afrique : les besoins en énergie de l’Afrique sont énormes. Et le potentiel de développement d’une offre électrique est important dans de nombreux pays, notamment le Cameroun qui essaye de combler son déficit énergétique en investissant massivement dans son énorme potentiel hydroélectrique.

Ce potentiel attire les investisseurs étrangers. C’est le cas notamment de la firme Hong-Kong resources development Group Ltd qui vient d’envoyer une délégation de 12 membres de la firme afin de s’entretenir avec le premier ministre camerounais sur son intérêt pour la réalisation de certains projets d’infrastructures au Cameroun, sous le modèle PPP –Partenariat public-privé, comme le relate investiraucameroun.com dans sa livraison d’aujourd’hui.

Et parmi les projets qui intéressent particulièrement le groupe hongkongais figure en bonne place celui de la construction du barrage hydroélectrique de Song Mbengué. Selon le site d’information, «cette infrastructure énergétique, dont les financements sont recherchés depuis des années, devrait permettre de produire environ 1000 MW».

Pour le Cameroun dont la production installée actuelle tourne autour de 1200 MW, ce projet permettrait au pays de résorber une partie importante de son déficit énergétique et contribuer à accompagner le développement du pays.

En plus de l’intérêt pour le projet du barrage de Song Mbengué, «Hong-Kong resources development group Ltd a marqué son intérêt pour les projets autoroutiers et ferroviaires», d’après investiraucameroun.com. Parmi ces projets figurent, entre autres : l’autoroute Edéa-Kribi et Yaoundé-Douala (2e phase), les lignes de chemins de fer Douala-Ngaoudéré, Limbe-Douala et l’extension du rail camerounais vers le Tchad, un projet convoité par d’autres acteurs dont le groupe Bolloré. 
Le 26/07/2016 Par Kofi Gabriel