Fermer

La BAD veut faire du secteur du textile un important levier pour l’emploi en Afrique

Mise à jour le 25/08/2016 à 18h57 Publié le 25/08/2016 à 18h20 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Economie
textile
© Copyright : DR

#Autres pays : La Banque africaine de développement (BAD) a présenté ce 24 août à Abidjan son projet de plateforme en ligne visant à interconnecter tous les acteurs de la filière du textile. L’enjeu : 400.000 d’emplois et des milliards de dollars de revenus pour le continent africain.

Avec 10% de la production mondiale de coton, le continent africain n’est que faiblement intégré à la chaîne de valeur du textile au niveau mondial, laissant échapper des milliers d’emplois générés par un secteur réputé à forte intensité de main d’œuvre.

Selon la BAD, le marché du textile-habillement dans son ensemble pèse «plus de 31 milliards de dollars en Afrique subsaharienne» et s’avère le deuxième plus gros pourvoyeur d’emplois dans les pays en développement – après l’agriculture. Des emplois qui profitent en grande majorité aux jeunes, mais surtout aux femmes.

C'est ce qui a inspiré l’«Initiative Fashionomics» (ou économie de la mode ), lancée en 2015 par l’institution, et dirigée par Geraldine Fraser-Moleketi, son envoyée spéciale pour les questions de genre. L’initiative, qui vise à soutenir les PME exerçant dans la mode et le textile-habillement, a été présentée ce mercredi à Abidjan avec son projet de site Internet dédié à la structuration de la filière sur le continent.

L’idée est de constituer une «véritable plateforme de réseautage pour tous les maillons de la chaîne de valeur (créateurs, fournisseurs, négociants, distributeurs, mais aussi investisseurs) et de partage des connaissances (données, opportunités de marché…) du secteur du textile et de la mode», indique la BAD dans un communiqué.

Une industrie du textile encore balbutiante

L’approche a pour ambition d’aider à contourner, voire lever les entraves encore importantes à l’émergence d’une industrie intégrée du textile en Afrique. Il s’agit notamment des problèmes liés à l’accès au foncier, au financement, au manque de ressources humaines qualifiées, à la compétitivité, etc. Des questions qui sont récurrentes malgré des réussites notables.

Au nombre de celles-ci, l’île Maurice. Avec plus de 250 entreprises représentant 66% des emplois manufacturiers du pays et quelques 761,3 millions de dollars de chiffre d’affaires, l’île occupe le premier rang des exportateurs du textile-habillement dans la zone Afrique subsaharienne. Autre exemple : le Lesotho, où le nombre d’entreprises dans le textile-habillement a plus que doublé depuis 1999. Le secteur, qui représente déjà 60 % des exportations du pays, concentre 80 % de la main d’œuvre manufacturière.

Selon l’équipe de Fashionomics, «l’industrie du textile-habillement pourrait générer en Afrique subsaharienne 400.000 emplois et les exportations pourraient doubler dans les 10 ans», a révélé durant la présentation.

L’ultime enjeu pour la BAD est de contribuer à résorber la question du chômage sur un continent où chaque année «13 millions d’individus débarquent sur le marché du travail», avec une attention particulière pour la gente féminine.

La plateforme devrait être opérationnelle au premier trimestre 2017.
Le 25/08/2016 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

à lire aussi