Fermer

Cameroun-FMI: un plan triennal en négociation

Publié le 09/03/2017 à 20h11 Par Kofi Gabriel

#Economie
Lagarde-Biya

Christine Lagarde, DG du FMI et Paul Biya, Président de la République du Cameroun.

© Copyright : DR

#Autres pays : Face à une situation économique difficile, le Cameroun sollicite le concours du Fonds monétaire international (FMI). Les deux parties négocient un programme triennal 2017-2019 à mettre en place.

Kiosque le360 Afrique:  Le Cameroun fait face à un triple choc : baisse des matières premières, menace terroriste et crise humanitaire dans l’est du pays. En plus, le pays fait face à des déficits budgétaires et commerciaux élevés et son endettement ne cesse de croître. 
Face à cette situation, une mission du Fonds monétaire international (FMI) séjourne actuellement au Cameroun. Au menu, la mise en place d’un programme économique triennal pour la période 2017-2017.

Ce plan va tracer la voie à suivre pour les trois prochaines années afin que l’économie camerounaise puisse retrouver le chemin d’une croissance économique plus forte et plus inclusive. Selon Mme Deléchat, chef de la mission du FMI, cité par Investir au Cameroun, «la chute des cours des matières premières, les menaces sécuritaires dans le bassin du lac Tchad et, jusqu’à une période récente, les troubles civils en République centrafricaine ont eu des retombées négatives sur la situation extérieure et budgétaire du Cameroun. L’économie camerounaise a certes réussi à résister à ces chocs jusqu’à présent, (…) mais la dette publique s’est considérablement alourdie et les marges de manœuvre extérieures et budgétaires se sont sensiblement amenuisées».


LIRE AUSSI : 


Selon le site d'information camerounais, dans ces recommandations, le FMI a encouragé l’Etat à élargir l’assiette fiscale non pétrolière et d’accroître l’efficience de la dépense en accordant la priorité aux dépenses d’investissement.

L’institution recommande également l’augmentation des dépenses sociales en faveur des couches de la population les plus vulnérables.

Enfin, face à la hausse de la dette publique camerounaise, la mission du FMI demandent aux autorités camerounaises de «veiller à réduire le rythme des nouveaux emprunts, notamment ceux de nature non concessionnelle».

Les discussions entre les deux parties se poursuivent afin de déboucher sur un programme triennal définitif à mettre en place par le gouvernement camérounais avec le soutien du FMI. 
Le 09/03/2017 Par Kofi Gabriel