Fermer

Le Marocain Essam Daoud à la tête des cimentiers burkinabè

Mise à jour le 17/03/2018 à 19h50 Publié le 17/03/2018 à 19h41 Par Le360 Afrique - MAP

#Economie
Burkina Faso: Esam Daoud devient patron des patrons du secteur du ciment

Esam Daoud est le Directeur général de Ciment de l'Afrique (CIMAF) Burkina Faso.

© Copyright : DR

#Autres pays : La présidence de l’Association des cimentiers du Burkina (ACB), échoit désormais au Marocain Essam Daoud, directeur général de CIMAF (Ciments de l’Afrique) dans le pays des Hommes intègres.

Certes, le groupe marocain qui s'est implanté, en mars 2015 à Ouagadougou, en inaugurant son usine de production de ciment, est l'un des quatre  cimentiers au Burkina Faso, cependant, il est rapidement devenu l'un des leaders. 

Cette structure avait nécessité un investissement de 25 milliards de F CFA (1 euro = 655 F CFA) et emploie plus de 200 personnes majoritairement des Burkinabè. Elle produit annuellement 500 000 tonnes extensibles à un million de tonnes.

Le groupe CIMAF est déjà présent dans 14 pays africains, dont la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Mali, le Niger.

Au cours de son mandat d’une année, le nouveau président de l’ACB, entend articuler ses actions autour de trois axes majeurs. Il s’agira, notamment de poursuivre les actions engagées dans les différents cadres de concertation avec les autorités administratives et autres entités pour la promotion de l’industrie et du secteur cimentier en particulier. Les normes d’hygiène, de sécurité et de qualité étant des exigences du secteur, M . Daoud compte créer et promouvoir des commissions internes en la matière, en vue de hisser plus haut les standards du secteur et de contribuer à l’amélioration constante des normes de qualité.

La lutte contre la concurrence déloyale étant l’un des plus grands défis du secteur, le directeur général de CIMAF-Burkina, cité par des médias ouagalais, ambitionne également protéger l’industrie du ciment en luttant contre les importations frauduleuses.

M. Daoud a, en outre, fait savoir que l’une des plus grandes ambitions de son organisation, est de doter le pays d’outils de production de dernière génération, en optant pour la garantie de la satisfaction de la croissance des besoins annuels en ciment pour les 10 années à venir. Avec une demande actuelle estimée à 2,5 millions de tonnes par an, l’ACB prévoit dans les 24 prochains mois, une production annuelle de plus de 6 millions de tonnes.

Regroupant en son sein les 4 cimenteries présentes au Burkina, l’ACB se fixe trois principaux objectifs: être un interlocuteur agissant au nom du secteur auprès des autorités administratives, ainsi que les organisations nationales et internationales, améliorer les conditions et standards du secteur, promouvoir et protéger les activités industrielles au Burkina Faso.

A ce jour, les investissements réalisés par les membres de l’ACB sont évalués à plus de 120 milliards de F CFA.
Le 17/03/2018 Par Le360 Afrique - MAP

à lire aussi