Fermer

Cameroun-Chine: le forum économique prévu en marge de la visite de Paul Biya annulé

Mise à jour le 22/03/2018 à 12h52 Publié le 22/03/2018 à 12h38 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Economie
Biya-Xiping
© Copyright : DR

#Autres pays : Alors que le président de la République du Cameroun effectue une visite d’Etat en Chine du 22 au 24 mars 2018, plus d’une centaine d’entrepreneurs sont aux abois après l’annulation de la rencontre d’affaires prévue avec les Chinois. Aucune raison n’a été avancée pour expliquer ce couac.

La visite d’Etat du président de la République du Cameroun, Paul Biya, commence mal pour la délégation d’hommes d’affaires camerounais qui devait l’accompagner.

En effet, selon de hauts fonctionnaires du ministère de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (MINEPAT), le forum d’affaires Chine-Cameroun prévu en marge de cette visite a été annulé au dernier moment. Le forum devait regrouper les investisseurs chinois d'une part, et plus de 125 hommes d'affaires venus du Cameroun, d'autre part. L’annonce de l’annulation a été faite la veille du départ du chef de l’Etat pour la Chine. 

«Ce forum d’affaires qui devait se tenir en marge de la visite officielle qu'effectue le président de la République en Chine était très attendu par le secteur privé camerounais qui s'est fortement mobilisé à cet effet. Les raisons officielles de cette annulation aussi subite qu'incompréhensible de la part de la communauté d'affaires nationale restent "inconnues" suivant les termes employés par le responsable du MINEPAT lui-même. Cette annulation vient consacrer au grand jour les nombreux atermoiements observés ces derniers jours dans la préparation de cet important rendez-vous d'affaires, créant beaucoup de désagréments aux hommes d'affaires concernés, surtout pour ceux qui étaient déjà en route pour la Chine», déplore Daniel Claude Abate, président du Mouvement des entrepreneurs camerounais (MECAM), l’une des organisations patronales du pays.


LIRE AUSSI : Cameroun: Paul Biya attendu en Chine pour renforcer les relations économiques


La Chine est à l’heure actuelle le premier partenaire commercial du Cameroun et le pays est le deuxième grand bénéficiaire africain du financement chinois. En 2015, par exemple, le volume des échanges commerciaux bilatéraux a atteint 2,6 milliards de dollars américains, soit un peu plus de 1.510,15 milliards de francs CFA.

Selon la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), entre 2000 et 2014, le Cameroun a capté 2.750 milliards de francs CFA d’investissements directs étrangers (IDE), dont 1.850 milliards de francs CFA provenant de la Chine. Ce qui représente environ 67% des IDE au Cameroun, faisant ainsi de la Chine, le premier investisseur au Cameroun (selon la Direction de la coopération du ministère camerounais de l’Economie).


LIRE AUSSI: Cameroun: la Chine rajoute 53 milliards de FCFA pour des projets d'accès à l’eau potable


Le président de la République sera le premier chef d’Etat étranger et le premier chef d’Etat africain à être reçu en Chine après les sessions paritaires de l’Assemblée populaire nationale (APN) et de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC) qui reconduiront le président Xi Jinping pour un second mandat. Ce qui est perçu localement comme un grand privilège. Après 47 ans de relations diplomatiques (depuis le 26 mars 1971), cette visite devrait consacrer une montée en gamme des liens entre les deux pays.

La Chine réalise ou a réalisé de nombreux grands projets au Cameroun, dans des domaines aussi variés que le sport, l’agriculture, l’eau et l’énergie, la culture, la santé, les télécommunications, etc. On peut citer entre autres, le Palais des congrès de Yaoundé, le barrage hydro-électrique de Lagdo, le barrage de Lom-Pangar, le Palais polyvalent des sports de Yaoundé, l’hôpital gynéco-obstétrique de Yaoundé.

Le président Paul Biya s’est déjà rendu en Chine cinq fois: en mars 1987 (entretien avec Deng Xiaoping), en octobre 1993, en septembre 2003, en novembre 2006 et en juillet 2011 (entretien avec Hu Jintao).
Le 22/03/2018 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell