Fermer

Niger. Uranium: le français Orano va licencier des centaines de salariés

Mise à jour le 25/09/2018 à 19h05 Publié le 25/09/2018 à 17h35 Par Le360 Afrique - Afp

#Economie
Niger. Uranium: le français Orano veut licencier des centaines de salariés

Un employé de la mine d'uranium qui risque d'être licencié comme tant d'autres.

© Copyright : DR

#Autres pays : Après plusieurs décennies d'exploitation fructueuse, Orano découvre que l'Uranium ne fait plus recette. Son directeur général est à Niamey pour licencier de centaines de salariés.

Le directeur général du groupe nucléaire français Orano, Philippe Knoche, devait visiter mardi à Arlit (nord du Niger) les mines d'uranium du groupe en restructuration en raison de la chute des cours, a indiqué mardi Orano (ex-Areva) à Niamey.

Le directeur général du groupe nucléaire français Orano, Philippe Knoche, devait visiter mardi à Arlit (nord du Niger) les mines d'uranium du groupe en restructuration en raison de la chute des cours, a indiqué mardi Orano (ex-Areva) à Niamey.

A Arlit, M. Knoche "discutera" avec les travailleurs de Cominak et de la Somaïr, les deux filiales nigériennes "en pleine restructuration", a précisé à l'AFP un responsable d'Orano.


>>>LIRE AUSSI: Burkina Faso: de l’uranium découvert dans le Nord

Philippe Knoche a déclaré lundi soir à la télévision publique nigérienne avoir "évoqué" avec le président nigérien Mahamadou Issoufou "les difficultés sur marché de l'uranium" ainsi que "la situation de Cominak et de la Somaïr".

"Les marchés de l'uranium se sont stabilisés, on a fait pas mal d'efforts dans le monde, les concurrents canadiens également ont réduit leur production de manière significative, près de 20%, et les prix de l'uranium ont pu se stabiliser", a-t-il annoncé.


>>>LIRE AUSSI: Afrique: quand un journal allemand dénonce le scandale d’Areva au Niger

Pour "assurer la viabilité" des deux sociétés, Areva avait pris en 2017 des mesures drastiques d'économie, dont plusieurs centaines de licenciements et "des réductions progressives de production". Le géant français espèrait ainsi faire "l'équivalent de 60 milliards de francs CFA (90 millions d'euros) d'économie chaque année", avait-t-il chiffré.

Le groupe a justifié ces mesures par la chute du prix du kilo d'uranium, de 40 dollars à 20 dollars en trois ans, et la baisse de la demande. Le Niger est le 4e producteur d'uranium au monde et un des pays les plus pauvres de la planète.

L'uranium nigérien représente un tiers de la production totale d'Orano qui exploite l'uranium depuis 50 ans dans le nord du Niger.
Le 25/09/2018 Par Le360 Afrique - Afp