Fermer

Le Rwanda assigné en justice par plusieurs compagnies américaines

Mise à jour le 13/02/2019 à 12h40 Publié le 13/02/2019 à 12h39 Par Mar Bassine

#Economie
Kigali
© Copyright : DR

#Autres pays : Des entreprises américaines poursuivent le Rwanda pour ruptures abusives de contrats. Elles reprochent au gouvernement du président Paul Kagame de leur avoir causé un préjudice estimé à plusieurs dizaines de millions de dollars.


Plusieurs investisseurs américains ont décidé de porter plainte devant la justice internationale pour rupture abusive de contrat de la part du gouvernement rwandais. Le litige a été porté devant le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI). 

Parmi les entreprises mécontentes, figurent notamment Byview Group et Natural Resources Development qui bénéfiaient de licences d'exploration et d'exploitation.


>>>LIRE AUSSI: Sénégal: la famille de l’étudiant tué menace de saisir la justice internationale

C'est en 2016 que le gouvernement du président Paul Kagame avait saisi les contrats avec plusieurs sociétés minières qui avaient accumulé un retard important dans leurs importations effectives. 

Par conséquent, les entreprises américaines estiment être victimes d'un préjudice qu'elles évaluent à un total global de quelque 95 millions de dollars, estimant que la révocation de ces licences ne "respecte pas les normes de traitements juste et équitable". 


>>>LIRE AUSSI: Dumping sur les cahiers: la Tunisie porte plainte contre le Maroc à l’OMC

Il convient de rappeler que cette décision des investisseurs américains d'ester en justice contre le Rwanda intervient dans un contexte de relations diplomatiques tendues entre Washington et Kigali.

En effet, l'année dernière, le gouvernement rwandais avait interdit l'importation des fripes en provenance des Etats-Unis, afin de protéger une industrie textile rwandaise naissante.

En mesure de rétorsion, le gouvernement américain avait suspendu les avantages qu'il avait accordés au Rwanda, dans le cadre de l'African Growth Opportunities Act (AGOA). 
Le 13/02/2019 Par Mar Bassine

à lire aussi