Fermer

Cameroun. Pétrole: le gouvernement s'allie avec Perenco pour l'exploitation du bloc Bomana

Mise à jour le 25/02/2019 à 09h57 Publié le 25/02/2019 à 09h29 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Economie
pétrole
© Copyright : DR

#Autres pays : Un contrat a d'ores et déjà été signé pour des activités de recherches sur ce bloc, avec un investissement a minima de 12,5 millions de dollars.

A travers la Société nationale des hydrocarbures (SNH), le gouvernement camerounais a signé le 21 février dernier un contrat de partage de production pour l'exploitation du bloc Bomana avec la société Perenco. Il s'agit d'un bloc situé dans le bassin du Rio del Rey, en zone maritime, sur une superficie de 222,75 kilomètres carrés.

Dans le cadre de cet accord, Perenco, filiale du groupe franco-britannique éponyme, et actuel premier producteur de pétrole et de gaz naturel, s'engage à mener des activités de recherche sur ce bloc, dans un premier temps durant trois ans.

Entre autres études attendues, des études de géosciences, le traitement des études 3D sur l'ensemble du bloc et le forage d'un puits d'exploration, pour un investissement minimum de 12,5 millions de dollars (soit plus de six milliards de francs CFA).


LIRE AUSSI: Cameroun: le déclin du pétrole compensé par le gaz naturel


«En fonction des résultats obtenus au cours de cette première phase d'exploration, la société pourra prétendre à deux renouvellements de son autorisation exclusive de période de recherche pour deux périodes supplémentaires de deux années chacune, au cours desquelles il est prévu, à chaque fois, le forage d'un puits d'exploration. L'engagement financier pour les trois périodes, d'une durée maximale de sept ans, est de 36,5 millions de dollars US», indique un communiqué de la SNH.

Ce contrat est le 23e signé dans le cadre de l'application d'une loi, promulguée en décembre 1999, portant code minier. Selon le quotidien national Cameroon Tribune, le bloc Bomana, objet de ce contrat de partage de production, a un «potentiel modéré» en huile et en gaz.

Des accumulations d’hydrocarbures estimées à 68,1 millions de barils d’huile ont été notamment mises en évidence lors des travaux antérieurs effectués sur ce bloc.

Le 25/02/2019 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell