Fermer

Libye: le procès pour corruption de SNC-Lavalin aura bien lieu, malgré la réticence de Trudeau

Mise à jour le 30/05/2019 à 12h36 Publié le 30/05/2019 à 12h32 Par Mar Bassine

#Economie
Libye: le procès pour corruption de SNC-Lavalin aura bien lieu, malgré la réticence de Trudeau
© Copyright : DR

#Autres pays : Accusé d'avoir versé plusieurs millions de dollars aux fils de Mouammar Kadhafi dans les années 2010, la société canadienne SNC-Lavalin sera traduite en justice, malgré le soutien que n'a cessé de lui apporter le Premier ministre canadien, Justin Trudeau.


Alors que la ministre canadienne de la Justice avait affirmé, en février dernier, que le Premier ministre, Justin Trudeau, avait tenté de la dissuader de mener des poursuites dans l'affaire de corruption des fils de Kadhafi par la société SNC-Lavalin, le procès aura pourtant bien lieu.

C'est ce que vient de décider un tribunal de Toronto, hier, mercredi 29 mai, ce qui met dans l'embarras le chef de l'exécutif canadien. Ce dernier avait, à plusieurs reprises, estimé qu'en cas de condamnation par la justice, des milliers d'emplois seraient perdus. 

Il faut dire que le bruit de cette l'affaire est à l'image de la gravité des faits supposés.

Au début des années 2000, pour avoir accès aux marchés publics de travaux publics libyens, les dirigeants de cette société canadienne, l'un des leaders mondiaux dans son domaine d'activité, avait mis en place un système de corruption bien huilé.

Les fils de l'ex-guide de la Jamahirya libyenne avaient, de cette manière, reçu d'importants pots-de-vin. Les comptes occultes de SNC-Lavalin feraient ressortir jusqu'à 30 millions de dollars, versés en l'espace de quelques années. 


>>>LIRE AUSSI: Corruption: le Nigéria porte enfin plainte contre Shell et Eni à Londres

SNC-Lavalin, avait réussi, grâce à un intense lobbying, à faire adopter, par les libéraux majoritaires au Parlement, une loi qui l'autorisait à payer une amende et, ainsi, à échapper à un retentissant procès.

Cependant, le maître des poursuites avait estimé que ce procès devait bel et bien avoir lieu, évoquant la non-rétroactivité de la loi. Et, de son côté, le juge vient ainsi de lui donner raison. 

Rappelons qu'en 2015, la Banque africaine de développement avait exigé le paiement par SNC-Lavalin d'une somme de 1,5 milion de dollars, pour des faits de corruption dans des marchés financés par l'institution panafricaine au Mozambique et en Ouganda. 


Le 30/05/2019 Par Mar Bassine

à lire aussi