Fermer

G7-Afrique: 251 millions de dollars pour promouvoir l’entrepreneuriat féminin

Mise à jour le 26/08/2019 à 20h17 Publié le 26/08/2019 à 20h17 Par Karim Ben Amar

#Economie
Agriculture et femmes
© Copyright : DR

#Autres pays : Répondant à une initiative soutenant l'entrepreneuriat féminin, les chefs d’État et de gouvernement du G7 ont convenu d’apporter une importante aide s’élevant à 251 millions de dollars. Ce projet est porté par la Banque africaine de développement (BAD).

Les chefs d’État et de gouvernement du G7 ont convenu d’apporter une aide importante de 251 millions de dollars en faveur d'une initiative AFAWA (Action positive pour le financement en faveur des femmes en Afrique) de la Banque africaine de développement (BAD), visant à soutenir l’entrepreneuriat des femmes africaines.

Ce mécanisme de partage des risques est considéré comme une solution concrète aux engagements internationaux et une réponse directe à l'appel lancé par les femmes africaines pour débloquer l'accès au financement.

Cette initiative rentre dans le cadre du mécanisme de financement pour l'autonomisation économique des femmes, qui a été adopté lors du sommet des chefs d'État de l'Union africaine en janvier 2015 et dont la mise en œuvre a été assignée à la BAD.


LIRE AUSSI: BAD: près de 62 millions de dollars pour financer l'entrepreneuriat féminin dans le continent


Le président de la BAD, Akinwumi Adesina, a salué le "soutien extraordinaire" de tous les chefs d'État et de gouvernement du G7 réunis ce week-end à Biarritz (France) devant donner un "élan formidable" au programme AFAWA.

D’après ses dires, les femmes détiennent plus de 30% des PME en Afrique, malgré un déficit de financement de 42 milliards de dollars entre les femmes et les hommes entrepreneurs. "Ce déficit doit être comblé et vite", a-t-il martelé.

Le programme AFAWA doit permettre de lever jusqu'à 5 milliards de dollars pour les entrepreneures africaines, dont un milliard via la BAD. "Cet effort financier en faveur des femmes est le plus important de l'histoire du continent", a estimé le président de la BAD.

Le 26/08/2019 Par Karim Ben Amar

à lire aussi