Fermer

Egypte: 1,1 milliard de dollars de l'ITFC pour éviter les pénuries de produits de base

Mise à jour le 04/12/2019 à 17h15 Publié le 04/12/2019 à 17h13 Par Djamel Boutebour

#Economie
Egypte: 1,1 milliard de dollars de l'ITFC pour l'importation de produits de base
© Copyright : DR

#Autres pays : L'International trade financement company (ITFC) met à la disposition de l'Egypte 1,1 milliard de dollars pour l'accompagner dans l'importation de produits de première nécessité afin d'éviter toute pénurie dans ce pays de 100 millions d'habitants.


Dans le cadre du financement de son commerce international, l'Egypte décroche un prêt de 1,1 milliard de dollars auprès de la Société islamique de financement du commerce (ITFC), un organisme de la Conférence islamique. L'annonce a été faite ce mercredi 4 décembre, selon l'agence Reuters, par les ministères égyptiens du Pétrole et des Approvisionnements.

Cette somme permettra de financer, durant l'année 2020, les importations des produits de première nécessité tels le pétrole et le gaz, mais également les produits de base comme le blé, le riz, l'huile et le sucre.


>>>LIRE AUSSI: Egypte: la pénurie de médicaments devient sérieuse

En 2019, l'Autorité générale égyptienne pour l'approvisionnement en produits de base (GASC) a eu beaucoup de mal à boucler son budget d'importation des produits de base. Certains produits ont frôlé la rupture pour non-paiement de certaines factures. Ce fonds de 1,1 milliard de dollars assure la garantie de la disponibilité du financement et permet d'éviter toute rupture dans la chaîne d'approvisionnement.

L'Egypte, avec ses 100 millions d'habitants est l'un des plus gros importateurs de céréales dans le monde, denrée à laquelle sont consacrés 1,5 milliard de dollars chaque année. Le pays est également déficitaire en produits pétroliers, ce qui l'avait poussé à signer en 2016 un contrat portant sur 23 milliards de dollars avec la Saudi Aramco, la compagnie saoudienne, à raison de 700.000 tonnes de brut par mois, à des conditions financières avantageuses. .
Le 04/12/2019 Par Djamel Boutebour

à lire aussi