Fermer

Vidéo. RETRO 2017: les 5 séquences qu'il ne fallait pas rater en 2017

Mise à jour le 25/12/2017 à 19h43 Publié le 25/12/2017 à 19h40 Par Mar Bassine

#Médias
Vidéo. RETRO 2017: les 5 séquences qu'il ne fallait pas rater en 2017
© Copyright : DR

#Autres pays : La riche actualité de l'année 2017 a souvent été immortalisée grâce à des vidéos qui resteront cultes. Le choix a été difficile, mais ces cinq vidéos sont assurément des immanquables de 2017.


Après avoir reçu Emmanuel Macron, Abdelaziz Bouteflika est apparu à la télévision nationale algérienne dans une vidéo d'une minute et demie. Cependant, le décryptage qu'en fait l'équipe de Yann Barthès sur TF1 est très édifiant. En effet, cette dernière a pu montrer que les nombreuses apparitions de Bouteflika correspondent à une seule et unique séquence de 3 secondes environ filmée avec plusieurs cameras suivant des angles différents. C'est donc un montage qui a permis de mettre cette même séquence bout à bout et d'obtenir une longue vidéo. Le journaliste termine en affirmant que s'ils voulaient rassurer les Algériens, le résultat a été encore plus inquiétant.

Parmi les vidéos de cette année, il y a également Abdelakader Messahel le ministre algérien des Affaires étrangères qui affirmait que les banques marocaines faisaient du blanchiment d'argent en Afrique et que la Royal Air Maroc transportait autre chose vers le continent. Il soutenait également que l'Algérie présentait le meilleur environnement d'investissement en Afrique du Nord. Des affirmations toutes aussi gratuites que graves et que les faits n'ont pas tardé à démentir, notamment après la publication du Doing Business 2018. 



La Toile africaine a été consternée par la publication d'une vidéo d'un ministre guinéen qui ne savait pas lire les chiffres de son budget. Il ne s'agissait pas de n'importe qu'elle chef de département, puisque la personne en question est en charge de l'alphabétisation. On comprend alors vraimeent la nécessité d'alphabétiser la Guinée. 

Il y a eu également, ce diplomate algérien qui recevant Emmanuel Macron à Alger, et a laissé échapper une phrase qu'il regrette encore: "Bienvenue en France". Ce lapsus commis dans un pays où tous les hôtes de marque sont appelés à déposer une gerbe de fleurs sur le monument aux martyrs de la lutte d'indépendance contre la France lui a valu un chapelet de critiques. 

Enfin, il y a eu la vidéo de la vente aux enchères d'esclaves en Libye. Celle-là se passe de tout commentaire. 


On pouvait également y mettre le Bidoung Challenge des Lions Indomptables saluant le président Paul Biya lors de la cérémonie organisée en leur honneur au palais présidentiel de Douala. 
Le 25/12/2017 Par Mar Bassine