Fermer

Migration: l'UE drague les migrants "hautement qualifiés"

Publié le 08/06/2016 à 01h16 Par Le360 Afrique - MAP

#Politique
migrants
© Copyright : DR

#Autres pays : L’Union européenne vient de présenter les principaux axes d’une réforme visant à attirer des migrants "hautement qualifiés".

Evidemment, ce ne sont pas les flots de migrants clandestins qui échouent sur les côtes européennes qui intéressent le vieux continent. Mais, ceux qui sont «hautement qualifiés».

Pour attirer cette catégorie de population, l’Union européenne vient de présenter les principaux axes d’une réforme visant à attirer la main d’œuvre qualifiée de pays non membres de l’Union européenne. Une main d’œuvre qui tend à snober les pays de l’Union européenne.

Ainsi, selon la Commission de la migration, seuls 31% des migrants dotés de compétences élevées choisissent l’UE comme destination parmi les pays de l’OCDE, qui sont en concurrence avec l’Union européenne sur le plan économique.

La Commission à la migration veut de ce fait réformer la "carte bleue", lancée en 2009, facilitant aux ressortissants de pays non-membres de l’UE de venir travailler sur le territoire de l'Union, mais dont les conditions d’octroi diffèrent d’un pays à l’autre.

A travers cette réforme, la Commission compte instaurer un régime unique pour l’ensemble de l’espace communautaire qui devrait remplacer les régimes nationaux parallèles en ce qui concerne les emplois nécessitant des compétences élevées.

La réforme renforce les droits des titulaires de la carte bleue (accès plus rapide au statut de résident de longue durée, accès immédiat et plus flexible au marché du travail) et des membres de leur famille.

Elle entend également assouplir certaines conditions, notamment le seuil salarial exigé et prévoit des conditions appropriées pour les jeunes diplômés et les travailleurs dans les domaines qui connaissent une pénurie de main-d’œuvre.

Selon les estimations de la Commission, le nouveau régime devrait générer des retombées économiques positives oscillant entre 1,4 milliard et 6,2 milliards d'euros par an grâce au recrutement dans l'UE de travailleurs supplémentaires dotés de compétences élevées.

Le Royaume-Uni, l'Irlande et le Danemark ne sont pas concernés par cette réforme et ne sont pas liés par son application.

Le 08/06/2016 Par Le360 Afrique - MAP