Fermer

Egypte: bras de fer entre le gouvernement et le Conseil d’Etat au sujet de la cession des îles à l’Arabie Saoudite

Publié le 24/06/2016 à 17h22 Par Ismail Ben Baba

#Politique
iles égyptiennes
© Copyright : DR

#Autres pays : Le gouvernement égyptien entend tout mettre en œuvre pour que la décision prise mardi dernier par le Conseil d’Etat soit annulée. Cette instance avait en effet statué en faveur de l’annulation de l’accord de cession des îles Tiran et Sanafir en Mer Rouge à l’Arabie saoudite.

Kiosque le360 afrique: Etant donné que le gouvernement a fait appel de cette décision, le tribunal administratif du Conseil d'Etat a donc prévu l’audience pour dimanche prochain, nous apprend dailynewsegypt.com.

dailynewsegypt.com rappelle que mardi dernier, l'État a contesté la décision de justice ayant annulé l’accord maritime de démarcation qui aurait permis de transférer la souveraineté des deux îles Tiran et Sanafir en Mer Rouge, appartenant à l'Egypte, à l'Arabie Saoudite.

Notons que dans une déclaration, l’exécutif a fait savoir qu’il fera valoir dans son appel que le Tribunal administratif du Conseil d'Etat ne soit pas autorisé à se pencher sur le cas. Le gouvernement a dit qu’il va présenter des documents et des cartes qui consolident sa position pour obtenir gain de cause.

L’objectif est donc de montrer la force de ses arguments devant la Haute Cour administrative. «Aujourd'hui, le système judiciaire égyptien a affirmé que ces îles sont égyptiennes, et je félicite tous les Egyptiens, tous les jeunes qui sont allés en prison suite aux manifestations», avait déclaré mardi Khaled Ali, faisant partie de ceux ayant demandé l’annulation de cet accord.

«Ceci est une décision très importante. Elle signifie essentiellement que les gens qui sont allés manifester leur désaccord, et qui se sont retrouvés en prison avaient raison», avait aussi estimé le romancier Ahdaf Soueif.

dailynewsegypt.com croit quand-même que les chances de l’exécutif d’avoir gain de cause sont limitées, puisque, selon le quotidien, depuis le début de l’affaire, l'avocat du gouvernement n'a pas présenté de preuve ou de la documentation qui soutiendrait vraiment sa position.

Le 24/06/2016 Par Ismail Ben Baba