Fermer

Un passeport commun pour tous les Africains

Mise à jour le 20/07/2016 à 11h17 Publié le 20/07/2016 à 10h45 Par Moussa Diop

#Politique
passeport africain

Les présidents rwandais et tchadien exhibant fièrement leur passeport.

© Copyright : DR

#Autres pays : Le "Passeport africain" a été lancé lors du 27e sommet de l’Union africaine. Les deux premiers exemplaires ont été accordés aux présidents tchadien et rwandais. Le document permet à son détenteur l'entrée et le séjour sans visa pendant 30 jours dans n'importe quel pays du continent.

L’Union africaine a lancé officiellement le passeport électronique unifié pour l’Afrique, lors de la 27e conférence de l’Unité africaine qui s’est tenue les 17 et 18 juillet 2016. Et les deux premiers exemplaires ont été attribués à Idriss Deby Itno, président du Tchad et de l’Union africaine et Paul Kagamé, président du Rwanda, pays hôte de cette conférence.

Le projet de passeport unique africain rentre dans le cadre de l’agenda 2063 de l’Union africaine. Il vise à faciliter la libre circulation des biens et des personnes et de renforcer l’intégration entre les pays du continent. Dans cette optique, le nouveau passeport permettra de supprimer les visas entre les pays africains. En effet, le document garantit à son détenteur l’entrée et le séjour sans visa pendant une période de 30 jours, dans n’importe quel pays africain.

Au départ, ce passeport unique devait profiter aux Chefs d’Etat africains, aux chefs de gouvernements, aux ministres des Affaires étrangères, aux représentants permanents des pays africains au sein de l’l’Union africaine à Addis Abéba et à certains diplomates de haut rang.

Toutefois, il est désormais question de le généraliser à toute la population africaine. Un défi majeur à relever du fait notamment des problèmes liés à la sécurité, au terrorisme, à la migration, à la gestion des épidémies, etc. C’est dire que ce passeport unique pose de nombreux défis.

Il n’en demeure pas moins que ce passeport unique est un message fort visant à atténuer les effets des frontières héritées de l’époque coloniale.

Le 20/07/2016 Par Moussa Diop

à lire aussi