Fermer

Zimbabwe: la Haute cour juge légale l'interdiction des manifestations anti-Mugabe

Publié le 05/10/2016 à 11h28 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
mugabe
© Copyright : DR

#Autres pays : La Haute cour du Zimbabwe a confirmé mardi la validité de l'interdiction de toute manifestation de rue contre le président Robert Mugabe. Les manifestants vont faire appel auprès de la Cour suprême.

C'est un coup qu'essaye de porter le gouvernement Mugabé à l'opposition en empêchant les manifestations populaires contre le régime.  Selon Tendai Biti, avocat d'une coalition de partis d'opposition qui contestaient l'interdiction par la police des manifestations, le recours contre l'interdiction a été rejeté par la Haute cour. Les partis politiques feront appel auprès de la Cour suprême.

Pour Biti, l'interdiction "constitue une violation arbitraire des droits du peuple".

Les Zimbawéens expriment leur colère contre le président Mugabe, au pouvoir depuis 1980, et le mouvement de contestation agite le pays depuis quelques mois, sur fond de profonde crise économique.

Environ 80% de la population active travaille dans le secteur informel et le gouvernement et les banques manquent cruellement de liquidités, retardant le paiement des salaires des fonctionnaires.

Pour tenter de contrecarrer la grogne anti-Mugabe, la police a interdit tout rassemblement dans la capitale pour un mois, jusqu'au 15 octobre. Aucune manifestation d'ampleur n'a eu lieu à Harare depuis.

Des dizaines de militants ont été battus et arrêtés pour avoir participé aux manifestations.

Le président Mugabe, âgé de 92 ans, a averti les protestataires en disant "qu'ils étaient en train de jouer un jeu dangereux".

En juillet dernier, une grève d'une journée, à l'appel des syndicats et du pasteur Evan Mawarire, chef de file de la fronde citoyenne, avait réussi à faire fermer les bureaux, les écoles et quelques services gouvernementaux.
Le 05/10/2016 Par Le360 Afrique - Afp