Fermer

Afrique du Sud: le principal syndicat sud-africain mobilise contre Zuma

Publié le 27/09/2017 à 13h34 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
jacob zuma

Jacob Zuma, président de l'Afrique du Sud, à la clôture d'une campagne électorale indécise.

© Copyright : AFP

#Autres pays : Plusieurs milliers de personnes ont défilé mercredi dans les rues de Johannesburg à l'appel de la principale centrale syndicale sud-africaine (Cosatu) pour exiger la démission du président Jacob Zuma et dénoncer la corruption de son gouvernement.

Au pouvoir depuis 2009, Zuma est affaibli par une succession de scandales politico-financiers qui plombent depuis des mois la fin de son règne à la tête du pays.

Il doit céder la présidence du Congrès national africain (ANC) au pouvoir à la fin de l'année et ses fonctions de chef de l'Etat au terme de son second mandat après les élections générales programmées en 2019.

Entre autres scandales, Jacob Zuma est accusé d'avoir favorisé des détournements massifs de fonds publics au profit d'une famille d'hommes d'affaires dont il est proche, les Gupta.

Il a toujours démenti ces accusations.

"Zuma doit partir", "la corruption est un crime contre l'humanité", "ras-le-bol des Gupta et de leurs complices", proclamaient les banderoles des manifestants réunis mercredi par la Cosatu dans les rues du centre de la plus grande ville du pays.

"Le président du pays doit démissionner à cause de ses relations douteuses avec les Gupta", a déclaré à l'AFP l'un d'eux, Lucas Makgolane, un professeur de 48 ans.


LIRE AUSSI : Afrique du Sud: Zuma échappe de justesse à une procédure de destitution


"Le détournement des biens de l'Etat et la corruption ont aggravé la détresse des travailleurs. Le mauvais état de l'économie contribue aux pertes d'emplois. Ca suffit!", a dénoncé un autre marcheur, Lloyd Mokote.

Alliée traditionnelle de l'ANC, la Cosatu soutient le vice-président Cyril Ramaphosa, ancien syndicaliste et homme d'affaires, pour succéder à Jacob Zuma à la tête du parti.

Zuma a pris lui fait et cause pour son ex-épouse Nkosazana Dlamini Zuma, l'autre favorite de la course.

Le chef de l'Etat a jusque-là résisté à toutes les plaintes en justice et motions de censures déposées contre lui par l'opposition.

Mais il est de plus en plus critiqué au sein même de l'ANC. Sur fond de ralentissement de l'économie, de nombreuses voix du parti de feu Nelson Mandela redoutent de perdre dans deux ans la majorité absolue qu'il détient au Parlement depuis les premières élections libres de l'histoire du pays en 1994.
Le 27/09/2017 Par Le360 Afrique - Afp