Fermer

Tchad: non, Idriss Déby n'a pas fermé l'ambassade des Etats-Unis à N'Djamena

Mise à jour le 03/10/2017 à 17h34 Publié le 03/10/2017 à 17h15 Par Mar Bassine

#Politique
Non Idriss Déby n'a pas fermé l'ambassade des Etats-Unis à Ndamena
© Copyright : DR

#Autres pays : Depuis quelque temps, la bruit court, selon lequel le Tchad a fermé l'ambassade des Etats-Unis en représailles à son classement parmi "les Etats voyous". N'Djamena vient de démentir officiellement. Mais si la rumeur se faisait persistante, c'est qu'il y a une raison.


N'Djamena a formellement démenti la rumeur qui se faisait persistante depuis quelques jours concernant la prétendue décision de fermer l'ambassade des Etats-Unis au Tchad. Daté du week-end, le faux communiqué qui aurait émané de la Présidence tchadienne a été repris par plusieurs médias qui n'ont malheureusement pas pris la peine de la recouper, sans doute à cause du contexte. Evidemment, les réseaux sociaux s'en sont donnés à coeur joie, avec plusieurs internautes saluant la prétendue réaction d'Idriss Déby. 

En effet, si la désinformation a tenu, c'est parce que dans la semaine, les Etats-Unis ont procédé à la mise à jour de leur fameuse liste des Etats ne collaborant pas contre le terrorisme. Ils ont ainsi décidé d'interdire les citoyens tchadiens d'accéder à leur territoire à partir du 20 octobre courant. 


LIRE AUSSI: Le Tchad vexé d'être rangé par Trump dans la liste des "Etats voyous"

Avec beaucoup de surprise et une réprobabtion unanime, les pays du continent ont appris que le Tchad y figurait. Pourtant, Idriss Déby est unanimement reconnu comme l'un des plus grands alliés dans la lutte contre Boko Haram autour du Lac Tchad et au niveau du Sahel dans la bataille que livre le G5 contre les groupes terroristes. 

Alors, il était peu compréhensible que les Etats-Unis reprochent à Ndjamena de ne pas suffisamment partager ses informations en matière de lutte contre les groupes djihadistes. C'est en tout cas, ce qu'a affirmé Washington. Mais, les pays du G5 ont immédiatement sorti un communiqué pour exprimer leur désaccord avec l'attitude de l'administration de Donald Trump, craignant que ce bannissement des citoyens tchadiens ne soit à l'origine d'un désengagement de Ndjamena. La France en a fait pareil, mais cela n'a pas poussé Trump à revoir sa position par rapport au Tchad. 

Le 03/10/2017 Par Mar Bassine

à lire aussi