Fermer

Nigeria: des victimes de la guerre du Biafra indemnisées 50 ans après

Mise à jour le 01/11/2017 à 08h58 Publié le 31/10/2017 à 16h16 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Biafra
© Copyright : DR

#Autres pays : Près de cinquante ans après la fin de la guerre du Biafra (1967-1970), région séparatiste du sud-est du Nigeria, le gouvernement a accepté de compenser les victimes de ce conflit particulièrement sensible dans le pays, selon des documents judiciaires révélés mardi.

Sous la juridiction de la Cour de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), le gouvernement nigérian versera 50 milliards de nairas (139 millions d'euros) en dédommagement aux victimes de cette guerre sanglante, qui a fait près d'un million de morts.

Cette indemnisation sera versée à quelque 500 survivants de la guerre, qui ont eu à faire face au "danger inhérent causé par les explosifs qui ont été abandonnés" après la guerre selon le procès-verbal.

La mesure s'applique à onze Etats qui comprenait l'ancien Biafra (sud et sud-est) ainsi que quelques Etats annexées par le mouvement séparatiste pendant la guerre.


LIRE AUSSI : Nigeria: le mouvement pro-Biafra IPOB classé "organisation terroriste"



Abuja s'est également engagé à verser 38 milliards de nairas (105,4 millions de dollars) pour nettoyer la région de ses mines antipersonnel et de ses bombes, et pour construire des écoles, des tribunaux, des églises et des mosquées.


Selon les documents obtenus par l'AFP, 17.000 bombes encore actives ont déjà été détruites au cours des dernières années, mais 1.317 sont encore stockées dans la région.

La guerre du Biafra reste un épisode très sensible et tabou dans la société nigériane, notamment depuis l'arrivée au pouvoir du président Muhammadu Buhari (originaire du nord musulman), en 2015.


LIRE AUSSI : Biafra: 150 militants pacifiques exécutés, dénonce Amnesty


Les mouvements séparatistes igbo réémergent: le plus important d'entre eux étant le Mouvement indépendantiste pour les peuples indigènes du Biafra (Ipob), dirigé par Nnamdi Kanu.

Poursuivi pour "trahison", Kanu ne s'est pas présenté à son procès mi-octobre. Le gouvernement assure qu'il s'est enfui et se cache pour échapper à la justice, mais ses proches et ses avocats maintiennent qu'il est aux mains de l'armée.


Le 31/10/2017 Par Le360 Afrique - Afp