Fermer

Zimbabwe. Les vétérans disent oust "maintenant" à Papy Bob

Mise à jour le 21/11/2017 à 10h06 Publié le 21/11/2017 à 09h39 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Afrique du Sud: Mme Mugabé devant la police pour coups et blessures
© Copyright : DR

#Autres pays : Les vétérans de la guerre d'indépendance zimbabwéenne ont non seulement sommé Mugabe de partir, mais aussi demandé à la population de sortir manifester dès "maintenant" contre le chef de l'État.

Papy Robert Mugabe continue à faire de la résistance, mais ses anciens camarades de la guerre d'indépendance ne l'entendent pas de cette oreille. Les très influents anciens combattants du Zimbabwe ont appelé mardi la population à manifester dès "maintenant" pour faire tomber "immédiatement" le président Robert Mugabe, au pouvoir depuis trente-sept ans.
 
"Toute la population doit abandonner ce qu'elle est en train de faire (...) et se diriger vers le Toit Bleu", la résidence privée du chef de l'État pour que Robert Mugabe "quitte le pouvoir immédiatement", a déclaré à l'AFP le chef des anciens combattants Chris Mutsvangwa. "Les manifestations doivent commencer maintenant", a-t-il ajouté. Il a ainsi avancé d'un jour son appel à descendre dans la rue, initialement prévu pour mercredi. 
 

>>>LIRE AUSSI: Zimbabwe. Mugabe accepte de démissionner

Samedi déjà, des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté à Harare et dans la deuxième ville du pays, Bulawayo (sud-ouest), pour exiger le départ du plus vieux chef de l'État en exercice de la planète, âgé de 93 ans.
 
Chris Mutsvangwa s'est dit mardi "encouragé" par le communiqué publié quelques minutes plus tôt par l'ancien vice-président Emmerson Mnangagwa, dans lequel il appelle le chef de l'État à démissionner afin que "le pays puisse avancer".
 
Emmerson Mnangagwa a été écarté le 6 novembre de la vice-présidence, sur l'insistance de la Première dame Grace Mugabe qui lui disputait la succession du chef de l'État. Son éviction a provoqué l'intervention de l'armée, qui contrôle le pays depuis la nuit du 14 au 15 novembre.
 
Robert Mugabe a depuis refusé de quitter le pouvoir, malgré les pressions de l'armée, de son parti qui l'a lâché et de la rue. Le Parlement doit engager mardi une procédure de destitution contre lui.
Le 21/11/2017 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi