Fermer

Assassinat de Sankara: Macron promet de "déclassifier" tous les documents

Mise à jour le 28/11/2017 à 13h38 Publié le 28/11/2017 à 13h06 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Thomas Sankara Pourquoi Le Che burkinabè fascine toujours l'Afrique, 29 as après sa mort

Thomas Sankara, ex-président du Burkina Faso.

© Copyright : DR

#Autres pays : Le président français Emmanuel Macron a promis que tous les documents français concernant l'assassinat de l'ancien président burkinabè Thomas Sankara en 1987 seraient "déclassifiés". Il en a fait l'annonce à l'issue d'un entretien avec le président du Burkina Faso Christian Kaboré à Ouagadougou.

"Les archives sont aujourd’hui disponibles et ouvertes à la justice burkinabè, sauf pour les documents classifiés et couverts par le secret défense. J’ai pris un engagement clair et je viens de le dire au président Kaboré: ces documents seront déclassifiés pour la justice burkinabè qui aura accès à tous les documents sur l’affaire Sankara", a déclaré le président français lors d'un point presse.

La mort de Thomas Sankara, devenue une figure panafricaine, a été un sujet tabou durant les 27 ans de pouvoir de l'ancien président Blaise Compaoré, qui a succédé au "père de la révolution".


LIRE AUSSI : Thomas Sankara: pourquoi Le Che africain fascine toujours le continent, 29 ans après sa mort


Compaoré, qui vit en exil en Côte d'Ivoire depuis 2014, est soupçonné d'avoir participé au complot contre Sankara par de nombreux Burkinabè, qui y voient aussi la main de la France, ancienne puissance coloniale qui aurait été gênée par la politique anticolonialiste de Sankara.

Le président français a aussi évoqué le cas de François Compaoré, le frère de Blaise, arrêté en France fin octobre dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat en 1998 du journaliste Norbert Zongo, et dont le Burkina réclame l'extradition.


LIRE AUSSI : Burkina Faso: une collecte de fonds pour ériger un mémorial Thomas Sankara


"Son interpellation est le résultat d‘une coopération exemplaire entre nos deux justices qui sont toutes deux indépendantes. Il appartient à la justice française de prendre sa décision, je ferai tout pour faciliter celle-ci", a déclaré Macron.
Le 28/11/2017 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi