Fermer

Ces pays dont les ressortissants alimentent les rangs de Daech

Mise à jour le 22/01/2018 à 10h45 Publié le 20/01/2018 à 18h00 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
djihadistes daech

#Autres pays : La Tunisie figure en tête du hit parade des pourvoyeurs de combattants pour Daech, suivie de l'Algérie, de la France et du Sénégal.

Prêts à se faire sauter pour rejoindre un paradis promis par de douteux gourous, les combattants de l’Etat islamique ne sont pas des anonymes.Ce sont des êtres humains, qui ont une famille, un pays...

Ainsi, Aaron Zelin, un chercheur américain associé au Washington Institute, citant des sources en Libye, une place forte de l’Organisation, a établi le hit-parade des pays fournisseurs de combattants au mouvement terroriste pendant la période 2011/2017.

En tête de ce classement, la Tunisie (625 combattants), l'Algérie (130 combattants), l'Egypte (112 combattants), alors que la France occupe la sixième place (66 combattants) et le Sénégal la  huitième, avec une trentaine de djihadistes.

Toutefois, dans le cas du pays du Sénégal, le chercheur du Washington Institute, cité par le quotidien dakarois «Les Echos», précise que le chiffre de 30 combattants est fourni par les autorités. Alors que des sources libyennes «situent le nombre de Sénégalais enrôlés par l’Etat islamique entre 50 et 100 combattants».

Pour sa part, le site «Dakaract» rappelle qu’à l’époque «où les djihadistes régnaient en maîtres sur Syrte et ses environs, les combattants sénégalais s’étaient fait connaître à travers les réseaux sociaux. C’est le cas de l’étudiant en médecine, Sadio Gassama, mais aussi d’Abdourahmane Mendy».

Cependant, le plus célèbre des djihadistes sénégalais ayant rejoint les rangs de l’Etat Islamique, est présenté sous l’identité d’un certain Mustapha Diop, Alias Abou Hatem.

Celui-ci «est un ancien pensionnaire de l’école Al Falah de Colobane (quartier populaire de Dakar) qui a fréquenté l’Université Islamique de Médine d’où il aurait embrassé l’idéologie djihadiste».

Ainsi, il est ressorti des auditions de Moctar Diokhane, arrêté dans le cadre de l’affaire de l’Imam Alioune Badara NDao, que Mustapha Diop faisait partie des bailleurs de fonds sénégalais qui projetaient d’implanter une wilaya de l’Etat islamique en Casamance.

Une cinquantaine de présumés djihadistes sont actuellement détenus à titre préventif dans les prisons du Sénégal.

 
Le 20/01/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya