Fermer

Vidéo. Tunisie: Macron qualifie l’intervention contre Kadhafi de «grave erreur»

Mise à jour le 02/02/2018 à 16h41 Publié le 02/02/2018 à 16h36 Par Moussa Diop

#Politique
Nicolas Sarkozy Muammar Kadhafi

Le président français Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi à Paris en 2007.

#Autres pays : Le président français reconnait la responsabilité de la France dans le chaos libyen et au Sahel. Il a qualifié l’intervention militaire sous l’égide de l’ONU de «grave erreur».

«La France, tout comme des Etats d’Europe et les Etats-Unis, ont une responsabilité dans ce qui se passe dans la région. Nous avons collectivement plongé la Libye dans l’anomie sans pouvoir gérer la situation et cela a directement impacté la région et plus particulièrement la Tunisie», dixit Emmanuel Macron, président de la République française, lors d’une allocution au parlement tunisien en marge de sa visite d’Etat dans ce pays.


Ainsi, comme ne l’ont cessé de marteler de nombreux dirigeants de pays sahéliens, notamment le président tchadien Idriss Déby Itno, le chaos qui prévaut en Libye et dans la région est la conséquence de cette intervention désastreuse, dont le seul objectif était d’éliminer Mouammar Kadhafi. Et pour cause, les partis qui ont conduit cette intervention ne se sont pas souciés des dégâts qu'allait causer sa chute.


LIRE AUSSI: Libye: les 5 vraies raisons de la liquidation de Kadhafi


Lors d’une conférence à l’aéroport de Tunis-Carthage, le président a répété ses propos en qualifiant de «grave erreur» l’intervention militaire de 2011 en Libye sous l’égide de l’ONU, soulignant que «cette intervention militaire a permis certes de provoquer l’effondrement du régime de Mouammar Kadhafi mais sans proposer d’alternative».

Pour rappel, cette intervention a été fortement soutenue par l’ancien président français Nicolas Sarkozy. Beaucoup d’observateurs y voient un lien avec le financement par le guide libyen de la campagne présidentielle française de 2007.
Le 02/02/2018 Par Moussa Diop

à lire aussi