Fermer

Cameroun: large vainqueur des sénatoriales, le parti au pouvoir perd un bastion anglophone

Publié le 07/04/2018 à 13h15 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Politique
Sénat camerounais
© Copyright : DR

#Autres pays : Le RDPC, le parti au pouvoir, a remporté 63 des 70 sièges en jeu à l’issue des élections du 25 mars dernier, dont les résultats ont été officiellement proclamés ce 5 avril 2018. Mais, le parti perd la région du Nord-Ouest, épicentre de la crise anglophone, qui tombe entre les mains de l’opposition.

En attendant la nomination des 30 derniers sénateurs par le président de la République pour compléter la Chambre haute du parlement camerounais, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) est le grand vainqueur des élections sénatoriales du 25 mars dernier.

Au regard des résultats officiellement proclamés ce 5 avril 2018, pour la première fois de l’histoire du pays par le Conseil constitutionnel, le parti au pouvoir remporte 63 des 70 sièges en jeu, soit un taux de 90%. Mais, le RDPC a perdu la région du Nord-Ouest, épicentre de la crise anglophone qui sévit dans le pays depuis le mois d’octobre 2016.

La région est tombée entre les mains du principal parti d’opposition, le Social democratic front (SDF), dont la base électorale est justement dans les régions anglophones. Le SDF y devance le RDPC d’une courte tête, avec 50,15% des suffrages exprimés contre 45,11% pour son challenger.


LIRE AUSSI: Cameroun. Sénatoriales 2018: seulement 9 partis en lice


Mais, globalement, le parti au pouvoir accentue sa présence et sa domination du paysage politique national en augmentant son nombre de sénateurs élus, le SDF ayant perdu la moitié des de sièges (7 contre 14 en 2013). Du reste, la victoire du SDF dans le Nord-Ouest  s’est faite avec une  différence de 21 voix seulement.

Plus largement, le RDPC récolte, au plan national, 81,13% des suffrages. Les sept autres partis politiques ayant pris part au scrutin ne s’en tirent qu’avec des miettes et donc zéro sénateur élu. «Le processus électoral  s’est déroulé sur l’ensemble du pays dans  la  sérénité  et  le  calme. Ce  qui met  en relief la maturité de notre démocratie et l’aspiration des Camerounais à la paix», a indiqué le président du Conseil constitutionnel, Clément Atangana, lors de l’audience solennelle de proclamation des résultats.

La nomination des trente sénateurs restants devrait intervenir dans les 10 jours suivant la proclamation des résultats, tel que le prescrit la loi camerounaise. La Chambre haute du Parlement comptera alors 100 sénateurs.
Le 07/04/2018 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

à lire aussi