Fermer

Djibouti: Le président du pays le plus convoité d'Afrique sort de son mutisme

Mise à jour le 15/04/2018 à 20h05 Publié le 15/04/2018 à 19h59 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Ismail Oumar Guelleh

Ismaïl Oumar Guelleh, Président de Djibouti

© Copyright : DR

#Autres pays : Le président de Djibouti, Ismaël Omar Guelleh, parle sans détour dans un entretien fleuve avec l’hebdomadaire panafricain «Jeune Afrique», publié ce dimanche.


Le président djiboutien aborde sans langue de bois les questions brûlantes du moment: «contentieux avec DP World, présence chinoise, relations avec l’Ethiopie», pour affirmer finalement ce qui devrait être en principe une évidence: «Djibouti n’est pas à vendre».

Situé dans la  Corne de l’Afrique, à la sortie de la mer rouge, Djibouti tire son importance et ses richesses d’une position stratégique sur le plan de la géopolitique, avec un territoire qui accueille des bases militaires occidentales.

Dans ce pays, le revers de la médaille, qui prend la forme d’un véritable talon d’Achille, est constitué par la réalité d’une entité dont 25% de la population vivent sous une menace récurrente de la famine. Et  avec un régime politique autoritaire sous la férule d’un chef s’accroché au pouvoir depuis une vingtaine  d’années au mépris du principe de l’alternance et des règles de bonne gouvernance.

Répondant à une question relative au contentieux avec la société émiratie DP World, entrée dans une vive colère après la résiliation d’un contrat de concession portant sur le terminal à conteneurs du port de Doraleh, suite à  une annonce faite par le gouvernement djiboutien le 22 février dernier, Ismaël Omar Guelleh remonte aux racines du mal pour un  éclairage complet.

Il soutient que depuis six ans, les autorités de Djibouti «tentent de renégocier, en vain, treize (13) articles d’un  contrat léonin signé en 2006 et "mal conclu à l’époque par notre faute. Nous avons perdu beaucoup de temps et d’argent dans le cadre de la gestion de cette affaire. Il fallait y mettre un terme."

Et d'expliquer: "Ainsi, en novembre 2017, nous avons adopté une loi qui autorise l’Etat à réaménager tous les contrats stratégiques, et celui-ci en fait partie, puisque  l’installation en cause  est le premier employeur de Djibouti. Mon ministre des Transports s’est rendu par la suite à Dubaï, chez DP World pour discuter.

Réponse sèche de l’opérateur : vous voulez rompre le contrat? Allez-y. Nous allons vendre nos actions et tous nos actifs (hôtels, villas, quai pétrolier…) à Djibouti. Le ministre a naturellement répondu que l’Etat de Djibouti se portait acquérir des actions».

Clause aberrante

Le président Guelleh se livre à  une plongée rageuse dans le fond de l’affaire expliquant au passage que «l’une des clauses aberrantes du contrat de 2006» prévoit que«bien que majoritaire avec 66% des actions, l’Etat de Djibouti est minoritaire au sein du Conseil d’administration de Doraleh Container Terminal (DCT)».

Un contexte juridique et contractuel qui place le partenaire émirati dans  une position de force.

La conséquence apparaît clairement dans la réponse à la demande de rachat formulée par le gouvernement et rapportée par le président djiboutien dans l’entretien

Une réaction  tombée comme un véritable coup de massue: «Nous vendons nos actions et actifs à qui nous voulons.».

Attitude jugée «inadmissible» par le président Guelleh, qui enchaîne: «Pour nous, il s’agit d’une question de souveraineté. Nous avons alors usé de notre droit de préemption et décidé de nationaliser DCT. Les procédures normales d’indemnisations seront mises en œuvre».

Parmi les griefs formulés par  le président de Djibouti  à l’égard de DP World, figure également une absence manifeste de volonté de développer Doraleh  Container Terminal (DCT), qui ne fonctionnait qu’à
40% de ses capacités.

Le conflit juridique entre le gouvernement de Djibouti et l’opérateur émirati  renvoie en toile de fond du jeu des grosses rivalités nourrissant la concurrence entre l’Europe, la Chine et DP World pour le contrôle et la gestion moderne  des terminaux portuaires en Afrique.

Un domaine dans lequel les émiratis de DP World  ont certes joué un rôle pionnier et d’éclaireur (illustration avec les cas de Dakar et Djibouti), mais il  semble aujourd’hui que DP World s’essouffle face à l’agressivité des Européens et des Chinois sur le terrain «d’affrontement» qu’offre l’Afrique.

                    
Le 15/04/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya