Fermer

Madagascar. Crise politique: le Premier ministre annonce sa démission

Mise à jour le 04/06/2018 à 12h16 Publié le 04/06/2018 à 10h58 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Le Premier ministre malgache Olivier Mahafaly Solonandrasana à Antananarivo

Le Premier ministre malgache Olivier Mahafaly Solonandrasana à Antananarivo.

© Copyright : DR

#Autres pays : Le chef du gouvernement malgache Olivier Mahafaly Solonandrasana a annoncé lundi 4 juin sa démission, première étape vers la nomination, à la demande la Haute Cour constitutionnelle, d'un "Premier ministre de consensus" pour sortir de la crise politique.

"Je vais remettre ma démission au président de la République aujourd'hui. En tant qu'homme d'État, je ne vais pas me présenter comme un obstacle à la vie de la nation", a déclaré Olivier Mahafaly Solonandrasana lors d'un point de presse dans la capitale Antananarivo.

"J'accepte volontiers et avec joie de démissionner. Je n'ai rien à regretter aujourd'hui et je peux partir la tête haute", a-t-il ajouté.

"Je vais partir de ce palais magnifique, je vous dis ce n'est qu'un au revoir", a-t-il ajouté, sibyllin.


LIRE AUSSI: Madagascar: l'opposition demande la démission du président


Depuis fin avril, l'opposition manifeste quotidiennement à Madagascar, Grande Ile à l'histoire politique mouvementée. Partie du rejet par l'opposition des nouvelles lois électorales, la crise actuelle a dégénéré en vaste fronde contre le chef de l'Etat Hery Rajaonarimampianina, qui a jusqu'à présent refusé de plier.

Pour tenter de sortir de l'impasse, la Haute Cour constitutionnelle, la plus haute juridiction du pays, a ordonné le 1er juin "la cessation de fonction du Premier ministre et du gouvernement (...) le 5 juin 2018 au plus tard".


LIRE AUSSI: Madagascar. Crise politique: le ministre de la défense menace de faire intervenir l'armée


Le nouveau chef de gouvernement "de consensus" doit être nommé au plus tard le 12 juin, selon le calendrier fixé par la Haute Cour constitutionnelle, et composer une équipe qui doit refléter les résultats des élections législatives de 2013.

Cette injonction suscite un vif débat entre le régime et ses adversaires, qui revendiquent tous les deux la majorité d'un Parlement où de nombreux élus ont changé de camp.
Le 04/06/2018 Par Le360 Afrique - Afp