Fermer

Belgique. RDC: Moise Katumbi interpellé à Bruxelles avec un passeport falsifié

Mise à jour le 15/06/2018 à 11h55 Publié le 15/06/2018 à 11h32 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Moise Katumbi

Moise Katumbi avec ses joueurs du TP Mazembe.

© Copyright : DR

#Autres pays : L'opposant congolais en exil Moïse Katumbi, président du club TP Mazembe, a été interpellé à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem avec un passeport falsifié. Il a néanmoins été autorisé à rester en Belgique pour y régulariser sa situation.

"Effectivement son passeport n'était pas en ordre mais on lui a laissé la possibilité de régulariser sur place", a déclaré une de ces sources jointes par l'AFP.

"Un laissez-passer provisoire de 15 jours lui a été délivré pour qu'il puisse se mettre en ordre", a complété une autre source proche du dossier.

L'interpellation a eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi alors que Katumbi revenait en jet privé d'un déplacement en Israël, a rapporté l'agence de presse Belga, citant une information du quotidien flamand Het Laatste Nieuws.


LIRE AUSSI: RD Congo. Présidentielle: l'opposant en exil Katumbi lance son parti dans la bataille


Il faisait une brève halte à Bruxelles avant un séjour prévu en Russie pour la Coupe de monde de football, selon ces mêmes sources.

En contrôlant son passeport la police belge a découvert qu'"une fausse page d'identité" y avait été jointe.

"C'est bien son identité qui figure mais la page a été rajoutée, elle ne fait pas partie du passeport d'origine. La police de Zaventem l'a constaté", a-t-on encore souligné de source proche du dossier.

Désormais, Katumbi dispose de deux semaines pour régulariser sa situation auprès de l'ambassade de la République démocratique du Congo (RDC) à Bruxelles. L'agence Belga évoque une démarche possiblement "compliquée" par son statut d'opposant au président congolais Joseph Kabila.


LIRE AUSSI: RD Congo: l'opposition veut créer un front uni derrière l'opposant Katumbi


En mars, Moïse Katumbi avait lancé en Afrique du Sud Ensemble pour le changement, considérée comme une machine pour gagner l'élection présidentielle congolaise prévue le 23 décembre, supposée désigner un successeur à Kabila.

La Constitution interdit à Kabila, au pouvoir depuis 2001 et dont le mandat a expiré le 20 décembre 2016, de se représenter. Mais ses détracteurs l'accusent de chercher des solutions pour rester au pouvoir.

L'acquittement surprise à La Haye le 8 juin d'un autre opposant, Jean-Pierre Bemba, attendu dans les prochains jours en Belgique où vit sa famille, est venu compliquer encore davantage les rapports de force politiques.


LIRE AUSSI: RD Congo: suspension du procès en appel de l'opposant Katumbi


Samedi dernier, lors d'une prise de parole via Skype devant des milliers des partisans réunis à Kinshasa, au lendemain de cet acquittement, Moïse Katumbi a de nouveau annoncé son retour imminent au pays.

Mais il ne peut cependant pas revenir en RDC sans risquer la prison en raison d'une condamnation dans une affaire immobilière dont il conteste le fondement.
Le 15/06/2018 Par Le360 Afrique - Afp