Fermer

Cameroun. Présidentielle: les Etats-Unis démentent avoir financé des partis de l’opposition

Mise à jour le 28/06/2018 à 12h01 Publié le 28/06/2018 à 11h59 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Politique
Akere Muna

Akere Muna, candidat à la présidentielle camerounaise de 2018.

© Copyright : DR

#Autres pays : L’ambassade des Etats-Unis au Cameroun a réagi lundi 25 juin aux «allégations infondées» des médias sur le prétendu financement des campagnes électorales des candidats de l’opposition camerounaise par le gouvernement américain.

L’ambassade des Etats-Unis au Cameroun a formellement démenti lundi, les «allégations» publiées dans la presse locale sur le financement des campagnes politiques des partis d'opposition camerounais par le gouvernement américain. «Le gouvernement des États-Unis tient à signifier qu'il n'a pas contribué et n'a pas l'intention d'octroyer une quelconque contribution financière à un ou plusieurs partis politiques, qu'ils soient au pouvoir ou dans l'opposition», écrit Lee McManis, conseiller pour les affaires publiques à l’ambassade américaine à Yaoundé, la capitale.

«Les Etats-Unis n'ont de préférence pour aucun candidat ni pour aucun parti au Cameroun. Nous fondons l'espoir que le Cameroun respectera les normes démocratiques internationales en organisant des élections libres, équitables et crédibles», poursuit l’officiel américain.


LIRE AUSSI: Cameroun. Présidentielle 2018: Akere Muna prône une «Nouvelle République»


A l’ambassade des Etats-Unis, on dénonce l’attitude des journalistes de ces médias à qui on reproche notamment de ne pas avoir fait correctement leur travail. «Nous aimerions mettre en exergue que les journalistes de ces organes de presse qui déclarent faussement que le gouvernement des Etats-Unis a financé certaines campagnes électorales n'ont jamais pris attache avec le porte-porte de l'ambassade des Etats-Unis pour avis avant la publication de leurs articles, car s'ils l'avaient fait, ils auraient été informés que de telles allégations sont totalement infondées», déplore le conseiller pour les affaires publiques.

Ce dernier précise que dans le cadre de «leur action diplomatique», les officiels américains rencontrent régulièrement un large éventail d'acteurs dans tous les pays hôtes, y compris les hautes personnalités et officiels gouvernementaux, les dirigeants et membres des partis d'opposition, les acteurs des médias, les chefs religieux et les membres de la société civile.


LIRE AUSSI: Cameroun. Présidentielle 2018: le SDF a désigné Joshua Osih pour challenger Paul Biya


Cette «réaction» de l’ambassade des Etats-Unis fait suite à la publication dans la presse, privée notamment, d’informations sur un prétendu financement par le gouvernement américain des campagnes électorales de certains candidats de l’opposition en lice pour l’élection présidentielle d’octobre 2018.

En l’occurrence Joshua Osih, candidat investi du Social Democratic Front (SDF, principal parti de l’opposition), Maurice Kamto, président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) et Akere Muna du mouvement Now. D’après ces journaux, ces candidats auraient reçu plus de 2 milliards de francs CFA du gouvernement américain pour entrer en compétition avec une éventuelle candidature du chef de l’Etat Paul Biya lors du prochain scrutin présidentiel.


Le 28/06/2018 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell