Fermer

Zimbabwe: Mugabe s'adresse à la presse à quelques heures des élections

Mise à jour le 29/07/2018 à 12h33 Publié le 29/07/2018 à 12h31 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Mugabe et grace

L'ex-président Mugabe et son épouse Grace.

© Copyright : DR

#Autres pays : L'ancien président zimbabwéen Robert Mugabe, contraint à la démission en novembre après trente-sept ans au pouvoir, va tenir une conférence de presse dimanche, à la veille des premières élections générales organisées depuis sa chute, a annoncé son porte-parole.


"Il va donner une conférence de presse à Blue House", sa résidence privée située dans une banlieue chic d'Harare, à la mi-journée, a déclaré à l'AFP son porte-parole, sans donner plus de précisions. Cette intervention surprise a été annoncée à la dernière minute dimanche matin, alors que l'ancien homme fort du pays, âgé de 94 ans, a gardé un profil bas pendant la campagne électorale.

Les élections présidentielle, législatives et municipales de lundi sont les premières depuis sa démission en novembre. Sous la pression de l'armée, de son parti la Zanu-PF, qui l'avait lâché, et de la rue, le plus vieux chef de l'Etat en exercice de la planète avait dû remettre les clés du pouvoir le 21 novembre.


>>>LIRE AUSSI: Zimbabwe: Mnanggwa accuse Grace Mugabe d'avoir fomenté l'attentat


Son ancien bras droit, Emmerson Mnangagwa, qu'il avait limogé quelques semaines plus tôt, lui a succédé. Ce dernier fait figure de favori lundi face à Nelson Chamisa, le leader du principal parti d'opposition, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC).

En mars, M. Mugabe, qui passe une retraite dorée dans sa luxueuse propriété de Blue Roof, était sorti une première fois du silence qu'il respectait depuis sa démission pour déplorer avoir été victime d'un "coup d'Etat" qu'il avait qualifié de "honte à effacer".

"Je n'ai pas de haine pour Emmerson" Mnangagwa, mais "il n'est pas convenable à sa place, il n'est pas légal", avait estimé le nonagénaire.
Le 29/07/2018 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi