Fermer
#Politique

Vidéo. Zimbabwe: Washington et le Commonwealth dénoncent l'usage disproportionné de la force

Mise à jour le 02/08/2018 à 13h05 Publié le 02/08/2018 à 13h03 Par Le360 Afrique - Afp

#Autres pays : La communauté internationale s'est inquiétée des tensions post-électorales qui ont déjà conduit l'armée à faire usage de la force et à tuer au moins un manifestants.

Le Commonwealth a "catégoriquement dénoncé l'usage excessif de la force contre des civils non armés" et demandé à la commission électorale d'"annoncer, sans plus attendre, tous les résultats des élections".

Dès mercredi soir, le Royaume-Uni, ancienne puissance coloniale du Zimbabwe, et les Etats-Unis avaient appelé Harare à la "retenue". Le Zimbabwe est toujours dans l'incertitude concernant les résultats de la présidentielle, qui se joue entre Emmerson Mnangagwa - 75 ans et ancien bras droit de Robert Mugabe - et Nelson Chamisa - 40 ans et récemment propulsé à la tête du Mouvement pour le changement démocratique (MDC).

Nelson Chamisa avait accusé mercredi la commission électorale de préparer de "faux résultats" pour la présidentielle, provoquant la colère de ses partisans qui sont descendus dans la rue avant d'être dispersés à coup de balles réelles et de gaz lacrymogène. Après ces violences, le gouvernement a prévenu qu'il ne "tolérerait" aucune contestation.

Jeudi, des policiers anti-émeutes étaient stationnés devant le siège du MDC, tandis que des militaires gardaient les bureaux de la Zanu-PF. "Aucun agent de change", ont crié des soldats, le visage masqué, à des changeurs de billets installés sur un trottoir à proximité du centre-ville, tandis que l'activité était normale dans des marchés de la capitale.

"Je ne savais pas si c'était sûr de venir travailler", a expliqué un employé de parking à l'AFP à Harare. "On s'est consulté entre nous. Certains de mes collègues ne savaient pas quoi faire et maintenant ils se préparent à venir", a-t-il ajouté.
 
Devant les banques, des habitants faisaient la queue pour obtenir du liquide, une scène ordinaire au Zimbabwe qui manque cruellement de cash.


>>>LIRE AUSSI: Zimbabwe: L'armée tire sur la foule d'opposants et fait un mort


 


Pour sa part, le président Emmerson Mnangagwa a appelé jeudi à l'apaisement au Zimbabwe alors que l'armée patrouillait dans les rues de Harare dans l'attente des résultats de la présidentielle, au lendemain d'une répression meurtrière contre l'opposition qui crie à la fraude.

La commission électorale a de son côté exhorté jeudi la population à faire preuve de "patience", annonçant que les résultats devraient être communiqués dans la journée ou vendredi.

Le Zimbabwe a organisé lundi, sans incident majeur, les premières élections générales depuis la chute du président Robert Mugabe en novembre après trente-sept ans au pouvoir. Ces scrutins devaient marquer un tournant dans l'histoire du pays où les élections ont été régulièrement entachées de fraude et de violence.

Mais mercredi, après l'annonce de la victoire écrasante aux législatives de la Zanu-PF, le parti au pouvoir depuis 1980, la situation a dégénéré dans la capitale.

L'armée a ouvert le feu sur des manifestants de l'opposition qui protestaient contre des fraudes. Trois personnes ont été tuées, selon la police.

Jeudi, le chef de l'Etat a appelé à résoudre "pacifiquement les différends" avec l'opposition, précisant avoir été en discussion avec son chef, Nelson Chamisa, pour tenter de "désamorcer" la crise.


Le 02/08/2018 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi