Fermer

Nigeria: ces deux "jeunes" technocrates qui veulent en découdre avec Buhari

Mise à jour le 10/10/2018 à 10h20 Publié le 10/10/2018 à 10h17 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Nigeria: ces deux "jeunes" technocrates qui en découdront avec Buhari
© Copyright : DR

#Autres pays : Ils ont la cinquantaine, des profils de technocrates et de l'ambition à revendre: les candidatures des outsiders Kingsley Moghalu et Oby Ezekwesili pourraient pimenter la course à la présidentielle de 2019 au Nigeria.


Dans un pays où la politique est très bipolarisée, leurs partis respectifs, le Parti des jeunes progressistes (YPP) et le Parti du Congrès allié du Nigeria (ACPN), ne devraient pas représenter une menace lourde pour l'establishment au pouvoir. D'ici le mois de février, tous les yeux seront tournés vers le président Muhammadu Buhari, qui brigue un second mandat, et son principal rival, l'ancien vice-président Atiku Abubakar.

Mais Moghalu et Ezekwesili espèrent capitaliser sur les frustrations d'une jeunesse frustrée et marginalisée, bien que très nombreuse. Lui fut numéro 2 de la Banque centrale du Nigeria et cadre à l'ONU, elle est devenue une figure de la défense des victimes de Boko Haram après avoir été vice-présidente pour l'Afrique de la Banque mondiale.


>>>LIRE AUSSI: Nigeria: voici l'homme qui affrontera Buhari lors de la présidentielle

Optimiste, Kingsley Moghalu compare déjà le scrutin à venir dans le pays le plus peuplé d'Afrique (180 millions d'habitants) avec l'histoire récente en France et aux Etats-Unis, qui ont vu la victoire de candidats que personne n'imaginait gagner.

"Ça s'est passé avec Trump, ça s'est passé avec Macron", affirme-t-il à l'AFP, en référence aux élections présidentielles de 2016 et 2017. "Tous les commentateurs avaient prédit la victoire de Clinton et la défaite de Trump, jusqu'au soir de l'élection", a-t-il ajouté. "Alors méfiez-vous de la sagesse populaire sous-estimée".

"Au service du peuple"


Ezekwesili, quant à elle, est devenue une figure du mouvement #BringBackOurGirls, créé en soutien aux plus de 200 lycéennes de Chibok, enlevées par Boko Haram en 2014. Aucun d'eux n'appartient aux presque 60% de Nigérians aujourd'hui âgés de moins de 30 ans. Mais à 55 ans, ils font figure de jeunes prétendants au titre présidentiel.

Buhari, du Congrès des progressistes (APC, au pouvoir), a 75 ans, tandis qu'Atiku, du Parti démocratique du peuple (PDP), en a 71: tous deux étaient déjà présents sur la scène politique avant même le retour de la démocratie en 1999. Le chef de l'Etat, un ancien général, a dirigé un gouvernement militaire dans les années 1980 tandis qu'Atiku a longtemps dirigé les douanes, avant de devenir vice-président.


>>>LIRE AUSSI: Nigeria: Buhari candidat à sa propre succession

Cibler la jeunesse semble judicieux, alors que le Nigeria sera le troisième pays le plus peuplé de la planète en 2050 selon l'ONU, et que le taux de chômage des jeunes atteint des records. Dans un contexte de pauvreté galopante et d'insécurité qui se propage dans le pays, Moghalu et Ezekwesili dénoncent l'échec des deux principaux partis à améliorer la vie de leurs compatriotes ces 20 dernières années.

Dans son discours de candidature, l'ancienne cadre de la Banque mondiale a fustigé les politiciens qui changent sans cesse de casquette politique, "cette classe dirigeante diabolique", estimant qu'il fallait remettre les citoyens au coeur des préoccupations. Moghalu prône lui aussi des "politiques au service du peuple pour montrer le chemin, plutôt que des barons prenant depuis des pièces enfumées des décisions" qui ne servent que leurs propres intérêts.

"Je ne pense pas qu'une victoire du PDP puisse résoudre les problèmes du Nigeria. Il va juste recycler les problèmes pendant quatre autres années avec de nouveaux visages", a-t-il affirmé.

Innovation et éducation


La politique nigériane est avant tout guidée par des personnalités influentes, sans grande divergence idéologique entre les partis. Moghalu et Ezekwesili misent sur leurs décennies d'expérience comme technocrates dans le secteur public et dans le privé.

Tous deux se sont engagés à former un gouvernement plus représentatif en termes de genre, d'âge et de région, pour en finir avec les politiques identitaires et le copinage. Ils font également de l'innovation un moyen de relancer l'économie convalescente du Nigeria, qui sort péniblement d'une grave récession due à la chute des prix mondiaux du pétrole.

Moghalu s'est engagé à créer un fonds de capital-risque de 2,4 milliards d'euros pour aider les jeunes entrepreneurs et les PME à développer et commercialiser leurs produits. Ce faisant, il espère développer le secteur industriel à partir de la base plutôt que de devoir compter sur des investissements étrangers.

Ezekwesili, ancienne ministre de l'Education et cofondatrice de l'ONG Transparency International, veut promouvoir "le miracle des nouvelles technologies intelligentes et révolutionnaires (...) pour accélérer notre productivité et notre compétitivité".

"Avec moi, l'éducation sera l'économie: l'éducation sera le pétrole de demain", a-t-elle ajouté. La victoire de Buhari en 2015 était une première pour un candidat de l'opposition dans l'histoire du pays, qui n'avait jusqu'alors jamais connu d'alternance par les urnes.

"Les Nigérians commencent à prendre conscience de leur pouvoir démocratique", selon Moghalu. L'année prochaine pourrait être celle du "renouvellement générationnel".
Le 10/10/2018 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi